Pour en apprendre plus sur les invertébrés!
Facebook

Concerto pour demoiselle orthoptère

Scuddérie_Organe

Les organes sur les tibias des scuddéries sont leurs oreilles!

Dans la capsule de la semaine dernière, je vous demandais de deviner à quoi sert l’organe situé sur le tibia d’une espèce de scuddérie (sauterelle). Aviez-vous deviné qu’il s’agissait… de ses oreilles?

Je vous ai déjà glissé quelques mots dans de précédentes chroniques à l’effet que certains orthoptères étaient des virtuoses du chant. Il n’est donc pas surprenant de réaliser que ces derniers sont bien équipés pour transmettre des sons et les recevoir… Même si les organes qui y sont associés sont situés à de bien drôles d’endroits!

Ce ne sont pas tous les orthoptères qui sont de bons chanteurs. C’est pourquoi je mettrai l’accent dans cette chronique sur deux grands groupes, ceux que l’on entend habituellement nous faire de jolis concerts lors de douces soirées d’été : les tettigonies ou sauterelles (famille des Tettigoniidae) et les grillons (famille des Gryllidae).

Himmelman livre

Livre qui a inspiré la présente chronique

Tout d’abord, j’aimerais souligner que l’envie de vous parler des chants de certains orthoptères a été déclenchée par un cadeau que j’ai reçu à Noël. Il s’agit d’un guide visuel sur les insectes chanteurs nocturnes, qui est accompagné d’un CD sur lequel on retrouve les chants en question (Himmelman 2009). Fait intéressant, il existe aussi un site Internet permettant d’écouter les chants de différents insectes (orthoptères et cigales – suivre ce lien). Il est donc non seulement possible de tenter d’identifier ces insectes à partir de photographies ou de guides visuels, mais également à partir des sons qu’ils émettent.

Et justement, les orthoptères chanteurs sont généralement assez discrets, visuellement parlant. Il est souvent plus facile de les repérer au son! C’est pourquoi les scuddéries, par exemple, ressemblent aux feuilles vertes et tendres parmi lesquelles elles se cachent. Il en est de même pour les grillons, qui vivent au sol, cachés sous les roches, les feuilles mortes et les brindilles. Ces derniers arborent des couleurs sombres et ont un corps aplati, parfait pour passer inaperçu.

C’est généralement lorsque la journée achève – quoique plusieurs orthoptères chantent aussi le jour – que les sauterelles et les grillons dévoilent leur présence. S’élève ainsi toute une chorale de cri-cri-cri et chiiiiirp chiiiiirp déferlant du sol à la cime des arbres.

Grillon

Les grillons aussi produisent des stridulations avec leurs ailes – Il s’agit cependant ici d’une femelle

Scuddérie_2

Femelle scuddérie – A-t-elle déjà répondu au chant d’un mâle?

Naturellement, cette jolie chorale a pour objectif d’attirer un partenaire. J’en ai d’ailleurs glissé un mot dans cette chronique de la Saint-Valentin. Or, comment les orthoptères produisent-ils ces sons?

Les tettigonies et les grillons produisent une vaste variété de sons en frottant leurs ailes les unes contre les autres. Plus précisément, la base des deux ailes (près de la tête) est pourvue d’une section plus dure, formant une sorte de crête. C’est ce qui est appelé l’organe ou la surface stridulatoire. Pour l’une des deux ailes, la crête est dentelée (voir cette photo), alors qu’elle est lisse pour la seconde. Vous pouvez donc vous imaginer comment le son est produit! Une des sources que j’ai consultée compare d’ailleurs le frottement produit à un ongle qui frotte contre une fermeture éclair.

En frottant ces deux surfaces à différentes vitesses, les tettigonies et les grillons parviennent à produire des « chirp » plus ou moins prononcés et plus ou moins longs. De plus, les caractéristiques de l’organe stridulatoire, comme sa dureté, l’espacement entre les « dents » ou l’épaisseur de ces dernières, vont également moduler le son. Le tout est amplifié par une « caisse de résonnance » située à proximité de l’organe stridulatoire.

J’ai trouvé plusieurs vidéos sur Internet où l’on peut observer des grillons ou des tettigonies en pleine campagne de stridulation! Voici quelques recommandations (cliquer sur le titre en caractère gras) :

  • Vidéo d’un grillon – on peut entendre les « cri-cri-cri » incessants de ce dernier. Notez comment les ailes bougent! On parle ici de « cricket » en anglais, mais il ne faut pas confondre avec « criquet » en français qui réfère plutôt aux membres de la famille des acrididae (voir cette précédente chronique).
  • Vidéo d’une tettigonie – cette dernière fait des « clics-clics-clics ». Regardez la vidéo à partir de la minute 2 :40 et vers la minute 5 :15. Vous pourrez voir les ailes qui bougent au fur et à mesure que l’on entend les « clics ». Attention, la qualité visuelle est limitée; la vidéo donne tout de même une idée de ce type de chant.
  • Vidéo d’une autre tettigonie – celle-ci produit plutôt des « screech screech »!

Cela dit, si vous souhaitez en savoir plus sur ces orthoptères chanteurs, je vous invite à vous acheter le guide de Himmelman (2009) ou encore vous connecter sur la page Internet du guide de Walker et Moore – tous deux cités ci-dessous. Ainsi, lors des prochaines soirées d’été, vous serez en mesure d’identifier quelle vedette, au juste, est en train de vous faire un concert!

Pour en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>