Pour en apprendre plus sur les invertébrés!
Facebook

Fascinantes chenilles

La semaine dernière, je vous présentais une photographie – vue par l’œil de mon microscope – qui mettait en vedette un individu bien particulier : une chenille de sphinx ondulé (famille des sphingidae). Il s’agit d’une gigantesque chenille verte qui se métamorphose en un gros papillon de nuit brunâtre.

Sphinx ondulé ventre

Les « ventouses » de la semaine passée appartiennent à une chenille de sphinx ondulé

Je comptais initialement vous parler du sphinx ondulé de façon spécifique, mais j’ai tellement eu de plaisir à observer les différentes caractéristiques de la chenille que j’ai plutôt décidé de vous parler des étonnants attributs morphologiques des chenilles. Bien sûr, la chenille de sphinx ondulé demeure mon modèle pour cette chronique!

Lorsque l’on contemple une chenille, on peut remarquer que son corps se divise en trois grandes parties : la tête, le thorax et l’abdomen (voir cette image).

Sphinx ondulé Face 2

On voit la tête (les points bruns près des mandibules sont les yeux) et le thorax

Les deux grands lobes qui forment la tête de la chenille ne sont pas, comme certains pourraient le croire, des yeux. Les yeux sont, en fait, beaucoup plus petits. Ils sont au nombre de six de chaque côté de la tête et forment approximativement un demi-cercle. Les antennes, quant à elles, sont très courtes et on peut tout juste les voir.

L’autre caractéristique-clé de la tête d’une chenille est sans contredit ses mandibules. Vous ne serez pas surpris si je vous dis que les chenilles sont de vraies machines à broyer! J’en avais d’ailleurs déjà parlé dans cette chronique.

Viennent ensuite le thorax et l’abdomen. Le thorax est la partie supérieure du corps de la chenille, celle située tout juste sous la tête. Elle se caractérise par six paires de pattes « articulées », qui sont en fait les « vraies » pattes de la chenille. Elles seront préservées au stade adulte.

En revanche, l’abdomen comporte plusieurs paires de « fausses » pattes (aussi appelées pseudo-pattes). Selon l’espèce concernée, ce sont de une à quatre paires de « pattes-ventouses » (autre appellation que j’ai trouvée dans mes guides) que l’on peut retrouver le long de l’abdomen. Elles sont accompagnées d’une paire de pattes anales, située à l’extrémité antérieure de la chenille (là où elle éjecte les feuilles digérées, comme le nom le suggère)!

Sphinx ondulé microscope3

Pattes anales de la chenille

Ces fausses pattes sont munies de petits crochets qui permettent à la chenille de s’agripper aux branches et aux feuilles dont elle se nourrit. On voit toutefois, sur une de mes vidéos ci-dessous, que ces crochets n’agrippent pas toujours bien à la peau humaine! PS – La chenille ne s’est pas blessée à la suite de cette mésaventure!

Autre élément morphologique intéressant : tout le long de ma jolie chenille de sphinx s’affichent une série de « picots » de forme arrondie. Il s’agit de stigmates (on voit aussi souvent le terme spiracles en anglais), des endroits par où les chenilles respirent. Celles-ci sont effectivement dépourvues de poumons et les stigmates permettent donc à l’oxygène de se diffuser vers les tissus corporels.

Pour terminer cette chronique en beauté, je vous laisse sur une série de photographies et de courtes vidéos mettant en vedette toutes ces fascinantes caractéristiques des chenilles. À noter que deux chenilles ont servi de modèle : une chenille vivante et une chenille que j’ai retrouvée morte dans ma piscine et qui fait partie de ma collection « éco-responsable » (basée sur des invertébrés retrouvés morts uniquement). Bon visionnement!

 

Dans cette première vidéo, on voit une chenille de sphinx ondulé qui se remet à bouger après que je l’aie sauvée de la noyade.

 

Même chenille de sphinx que j’ai remise sur une branche. On voit bien comment elle utilise ses « pattes-ventouses »!

 

Sphinx ondulé Face

Vue sur les mandibules (mâchoires) de la chenille; notez les antennes de chaque côté

Sphinx ondulé microscope4

Vue des mandibules (dessous) au microscope

Sphinx ondulé microscope2

Yeux de la chenille (points brunâtres)

Ventouses

Photo de la semaine dernière: ce sont les pattes-ventouses de la chenille

 

Pour en savoir plus

 

4 thoughts on “Fascinantes chenilles

  1. Bruno Robert

    Bonjour,

    J’aimerais savoir si l’appendice crochu de l’extrémité inférieure de l’abdomen du sphinx ondulé sert à quelque chose.

    Merci et félicitations pour votre site

    • DocBebitte

      Bonjour Bruno,

      Il s’agit d’une bonne question. En effet, on appelle les chenilles de sphinx des « hornworms » en anglais, faisant référence à l’épine qu’elles portent au bout de leur abdomen. Elles ont probablement développé cette épine afin de se rendre moins attractives auprès des prédateurs. Avaler une chenille portant une épine aussi large risque effectivement de mal passer dans le gosier!

      J’espère que cela répond à la question!

  2. Shay

    Petite question pour une réponse que je ne trouve nul part…. j’ai trouvé un de ces beaux sphinx ondulé, il.. ou plutôt elle, a pondu dans ma cage a papillon. Les oeufs on bien collés, je vais surement relâcher les chenilles une fois sorties, mais quel arbres hôtes choisir pour cette espèce?

    • DocBebitte

      Bonjour,
      Selon le livre « Caterpillars of Eastern North America », les plantes hôtes du sphinx ondulé incluent le frêne, les lilas, les arbres à neige (Chionanthus virginicus) et possiblement (mais moins certain) les aubépines et les chênes. Pour ma part, je retrouve des chenilles de ce sphinx dans ma piscine qui est située sous un frêne, un chêne et plusieurs érables. On peut donc présumer qu’une ou plusieurs de ces espèces sont des hôtes adéquats.
      En espérant le tout aidant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>