Pour en apprendre plus sur les invertébrés!
Facebook

Fille ou garçon?

C’est une fille! C’est un garçon! Sortez les cigares!

Chez les humains, il nous semble que la différence entre le genre masculin et féminin est bien évidente. Pourtant, chez plusieurs invertébrés, il est assez facile de distinguer en un simple coup d’œil les mâles des femelles.

Pédipalpes

Les males possèdent des pédipalpes, qui ressemblent à de petits gants en fourrure

Épeire_Épigyne marquée

Détrompez-vous: cette forme qui ressemble à un organe masculin est une épigyne (cliquez sur la photo pour agrandir)

C’est en progressant tranquillement dans ma connaissance des invertébrés (et en tentant d’identifier certains d’entre eux) que j’ai réalisé à quel point il était parfois aisé de séparer mâles et femelles. Bien sûr, ma progression est loin d’être achevée, mais je jugeais bon, avec le retour imminent des invertébrés pour la période estivale, vous faire part de quelques astuces.

Commençons par les araignées. Vous serez heureux d’entendre que, pour plusieurs d’entre elles, vous n’aurez pas besoin de vous en approcher beaucoup pour distinguer s’il s’agit d’un mâle ou d’une femelle. Les mâles matures possèdent effectivement des pédipalpes (palpes de chaque côté de la tête que l’on pourrait prendre pour des antennes) protubérants. Une des sources consultées les compare à de petits gants de boxe. Les femelles – ou les mâles immatures – ont des palpes plus filiformes.

Si vous êtes toutefois prêts à vous approcher davantage, vous pourrez également examiner le dessous de l’abdomen des femelles. Pour bon nombre de familles, les femelles matures sont munies de plaques génitales visibles (l’épigyne). Vous pouvez jeter un coup d’œil au dessous de l’abdomen des épeires diadèmes, ces araignées communes et faciles à observer alors qu’elles se tiennent immobiles dans leur toile orbiculaire. Comme elles atteignent aussi une taille appréciable, il est d’autant plus facile d’observer leurs caractéristiques et de déterminer si une épigyne est présente. À noter aussi que les femelles de cette espèce prennent habituellement des proportions plus impressionnantes que les mâles. Une épeire diadème dodue risque fort bien d’être une femelle.

Scuddérie

Femelle scuddérie dont l’ovipositeur est apparent

Camelline mâle 2

Mâle camelline, ne possédant pas d’ovipositeur

L’ordre des orthoptères constitue un second groupe comprenant plusieurs familles pour lesquelles il est aisé de discriminer les mâles des femelles. Notamment, les femelles grillons, scuddéries et camellines (voir cette précédente chronique sur les orthoptères pour plus de détails) possèdent un long ovipositeur au bout de leur abdomen qui permet de les distinguer des mâles. Il ne s’agit donc pas d’un outil pouvant vous piquer le bout des doigts, mais bien d’un organe permettant aux femelles de pondre leurs œufs à l’abri des prédateurs (dans le sol, le bois, les crevasses, etc.).

Finalement, mesdames et messieurs mouches (je pense entre autres aux mouches domestiques, à fleur et à chevreuil) sont également suffisamment différents pour nous permettre de les identifier. C’est en les regardant dans les yeux que l’on peut voir la différence! En effet, les yeux des femelles sont plus espacés que ceux des mâles. Chez certaines familles, comme les tabanidés (mouches à chevreuil et à cheval), la différence est très évidente, les yeux des mâles étant complètement collés. Chez les mouches domestiques, il faut être plus attentif, car c’est la distance entre les deux yeux qui comptera (voir cette image). Cette différence peut s’avérer utile si vous faites face à une mouche à chevreuil ou à cheval, puisque ce sont les femelles qui sont susceptibles de nous piquer (voir cette chronique)… quoiqu’elles nous repèrent habituellement avant qu’on ait le temps de les identifier!

Syrphes accouplement_2

Ces deux syrphes qui s’accouplent nous permettent de comparer les yeux du mâle (dessus) et de la femelle (dessous)

Tabanidae mâle

Mâle tabanidé (possiblement atylotus sp.), les yeux collés

Tabanus atratus

Femelle tabanidé (tabanus atratus), avec des yeux séparés par une bande

Il y a une myriade d’autres façons de déterminer le genre des invertébrés, notamment en examinant les antennes (je pense aux lépidoptères) ou la couleur (certaines libellules), mais comme j’ai encore beaucoup à apprendre à ce sujet, je réserverai la suite pour une prochaine chronique. Ce n’est pas comme si le monde des invertébrés ne recelait pas de nouveautés à chaque jour!

 

Pour en savoir plus

Le 8e fléau (ou l’histoire des orthoptères)

Il est probable – tout comme moi – que votre catéchisme remonte à de nombreuses années. Il n’en demeure pas moins que vous avez sans doute été marqués par l’histoire rapportant les dix plaies d’Égypte : grenouilles qui tombent du ciel, maladies et mortalités inexpliquées et… sauterelles dévorant toutes les plantes et les fruits!

Criquet_CB

Espèce très commune de criquet (mélanople birayé)

Me connaissant bien, vous vous doutez que je ne suis aucunement habilitée à vous faire une séance de catéchèse. Toutefois, je me prétends suffisamment « digne » pour vous entretenir sur les principaux responsables de la 8e plaie d’Égypte qui appartiennent à un groupe d’insecte bien connu de tous : les orthoptères.

L’ordre des orthoptères se compose de plusieurs groupes d’individus assez variés. D’ailleurs, dans les prochains paragraphes, je vous brosserai un portrait de quatre grands groupes communs d’orthoptères.

Oedipode

Un oedipode, appartenant au groupe des criquets et locustes

Premier point important en ce qui concerne les « sauterelles » impliquées dans la 8e plaie: ce que nous avons l’habitude d’appeler des sauterelles sont généralement des criquets. Plus précisément, les criquets et les locustes forment la famille des Acrididae. Il s’agit d’orthoptères munis d’antennes relativement courtes (plus courtes que leur corps) que l’on observe très communément autour de nos maisons et dans les champs. Ce groupe comprend notamment les oedipodes, dont les ailes bien développées sont parfois teintées de noir, de jaune ou d’orangé. En vol, on pourrait les méprendre pour des papillons!

Scuddérie

Une scuddérie, une « vraie » sauterelle (tettigoniidae)

Les « vraies » sauterelles, cependant, existent bel et bien. Elles appartiennent à la famille des Tettigoniidae et on les appelle tettigonies ou sauterelles vertes – quoique certaines soient brunes si l’on se fie à cette page provenant du site Internet Insectes du Québec. Contrairement aux criquets, ces dernières possèdent de longues antennes, pratiquement aussi longues (parfois plus) que leur corps. Il s’agit de virtuoses du chant et l’on peut entendre leurs stridulations à différents moments de la journée, selon l’espèce.

Les camellines constituent un autre groupe d’orthoptères. Elles sont reconnaissables par leurs longues antennes, leur dos courbé et l’absence d’ailes. Elles sont plus réservées que leurs cousins criquets et vivent principalement dans les milieux sombres et humides. J’ai déjà parlé des camellines dans cette chronique.

Finalement, l’ordre des orthoptères comprend les grillons (Famille : Grillydae). Vous en avez sans aucun doute déjà vu ramper dans vos plates-bandes, ou entendu chanter à la brunante. Peut-être avez-vous également vu des représentants de cette famille en vente à l’animalerie, puisqu’ils servent de repas pour plusieurs animaux domestiques. Ils sont habituellement plus aplatis et compacts que les autres orthoptères. J’en ai d’ailleurs perdu plusieurs de vue, alors que je les poursuivais : ils parvenaient à trouver refuge dans de toutes petites fissures!

Camelline mâle

Une camelline, sans ailes et avec le dos courbé

Tous ces orthoptères sont omniprésents autour de nos maisons. Si vous êtes attentifs, vous pourrez facilement les apercevoir. Ils sont faciles à distinguer des autres insectes, leur caractéristique-clé étant leurs grandes et fortes pattes arrière. Si vous ne les voyez pas, vous pourrez minimalement apprécier leur chant lors de douces soirées d’été. À cet effet, j’ai demandé au Père Noël un livre sur les chants d’orthoptères. Je pourrai sans doute vous en parler davantage après les fêtes!

Pour terminer, pourquoi parler de plaie lorsque l’on réfère aux orthoptères? Et bien, certains d’entre eux sont reconnus pour avoir un appétit vorace, se nourrissant de nombreuses sortes de plantes. Des invasions de « sauterelles » (des criquets, en fait) ont été recensées à plusieurs moments dans l’histoire. Celles-ci étaient synonymes de dévastation, les criquets mangeant pratiquement toutes les plantes sur leur passage. En particulier, la 8e plaie d’Égypte serait expliquée par une invasion massive du criquet pèlerin, dont la plus importante aire de regroupement se situerait autour de la mer Rouge.

Grillon

Un grillon, plus trapu

Ces invasions notables ne sont pas qu’anciennes. En fouillant davantage sur Internet, j’ai effectivement mis la main sur plusieurs articles parlant d’une invasion en Israël, ainsi que d’une autre à Madagascar au printemps 2013. À ce qu’il semble, la population de criquets à Madagascar était tellement effarante qu’elle formait un essaim long de 15 km se déplaçant à quelques mètres du sol! Je vous recommande entre autres de jeter un coup d’œil à cette vidéo, qui démontre l’ampleur de la situation. Bref, une nuée de criquets n’annonce rien de bon pour les cultivateurs des pays touchés.

Faut-il craindre les orthoptères pour autant? La réponse est non, bien sûr. Bien que les essaims de criquets puissent s’avérer dévastateurs, nombreux sont les différents orthoptères grouillant dans vos plates-bandes. Pourtant, leur impact sur la végétation autour de votre maison demeure tout à fait modeste. Amusez-vous plutôt à les observer ou laissez-vous bercer en écoutant leur doux chant les soirs d’été!

 

Pour en savoir plus

 

C’est un criquet, c’est un grillon… Non! C’est une camelline!

Dans la chronique de la semaine dernière, vous deviez tenter de deviner à qui appartenait les longues jambes figurant sur la photographie. Avez-vous réussi?

Camelline femelle

Camelline femelle

Peut-être avez-vous pensé qu’il s’agissait d’un criquet, d’un grillon ou d’une sauterelle? Vous n’étiez pas bien loin de la bonne réponse! Il s’agit d’une camelline, qui fait partie de l’ordre des orthoptères, tout comme les trois individus précités!

Les camellines font plus spécifiquement partie de la famille des Rhaphidophoridae (essayez de le dire à voix haute plusieurs fois de suite sans vous tromper!). Elles se distinguent de leurs cousins orthoptères par leur dos fortement recourbé. Elles portent d’ailleurs les noms anglais de camel cricket ou camelback cricket (criquet à dos de chameau), bien qu’il ne s’agisse pas à proprement dit d’un criquet. Elles sont aussi caractérisées par de longues antennes, l’absence d’ailes et une coloration brune, plutôt « moustachée ».

Ces insectes affectionnent les milieux sombres et humides tels les cavernes, les troncs d’arbres creux, les puits, etc. Chez moi, j’en retrouve en grande quantité dans mon bac à compost. Cela n’est pas surprenant, quand l’on sait qu’elles ont un goût prononcé pour les champignons et les matières végétales en décomposition. Selon leur appétit, elles peuvent même se satisfaire de quelques invertébrés morts ou vifs.

Microscope_2013-09_2 (camelline)

Les camellines possèdent de longues et solides pattes de derrière

Pour ce qui est de leurs longues pattes très développées, elles servent bien sûr à sauter! Les camellines seraient d’ailleurs capables de sauter jusqu’à quelques pieds de hauteur. Bien que plusieurs espèces d’orthoptères utilisent également leurs pattes pour produire des stridulations, les camellines ne sont pas reconnues comme étant des insectes chanteurs.

Il est facile de distinguer les mâles des femelles chez les adultes. Les femelles matures sont effectivement munies d’un long ovipositeur, qui ressemble en quelque sorte à une longue épine proéminente située tout au bout de leur abdomen (voir cette photo).

Les camellines constituent-elles une espèce nuisible? Il semble qu’elles puissent se retrouver à l’occasion dans nos demeures, en particulier si ces dernières abritent de petits recoins sombres et humides pouvant leur servir de nid douillet. Toutefois, contrairement à certaines « pestes », il semble relativement facile de se débarrasser de ce type d’insecte. Il suffirait d’identifier les coins sombres et humides et de les éliminer. Une maison sèche ne revêt aucun intérêt pour les camellines!

Cela dit, les camellines ne mordent ni ne piquent les humains (j’ai encore tous mes doigts, à ma connaissance!). Si vous êtes assez rapides – elles bondissent et se faufilent assez rapidement – vous pouvez les attraper et les manipuler sans inquiétude. Vous pourrez ainsi observer leurs caractéristiques et leurs longues jambes… presque comme si vous les observiez à travers l’œil d’un microscope!

Camelline mâle 2

Camelline mâle, vue de dos

 

Pour en savoir plus

Dans l’œil de mon microscope : 2) Belles jambes!

Cette semaine, vous devez devinez qui possède ces jolies longues jambes qui feraient rêver d’envie n’importe quelle vedette hollywoodienne… ou presque! Si ce n’était des longues épines qui parcourent lesdites jambes!

Alors selon vous, de quel invertébré s’agit-il?

La réponse dans la chronique de la semaine prochaine!

Microscope_2013-09

À qui ces longues jambes?