Pour en apprendre plus sur les invertébrés!
Facebook

Houppe Houppe Houppe, Hourra!

Chenille à houppes blanches photographiée par ma tante

Chenille à houppes blanches photographiée par ma tante

Vous aurez sans doute deviné que je compte aujourd’hui vous parler de houppes… mais desquelles? Non, je ne ferai pas mention du célèbre toupet d’un certain président américain! Je vais plutôt vous entretenir au sujet de quelques jolies chenilles québécoises qui arborent fièrement des houppes colorées!

L’idée m’est venue quand ma mère m’a transmis quelques photos qu’une de mes tantes avait prises d’une chenille affairée à croquer un de ses plants. Cette dernière se demandait de quoi il s’agissait et si la bête en question allait causer des dommages. On me demandait aussi à quoi ressemblerait la chenille une fois devenue adulte.

Je connaissais déjà les chenilles à houppes, ayant pris quelques clichés dans le passé d’un individu de l’espèce Orgyia definita – soit la chenille à houppes jaunes. En effectuant quelques vérifications, il s’est avéré que le spécimen observé par ma tante était la chenille à houppes blanches (Orgyia leucostigma).

Dans l’ouvrage de Leboeuf et Le Tirant (2018), trois espèces de chenilles à houppes sont illustrées : à houppes grises des conifères (Dasychira plagiata), à houppes rousses (Orgyia antica nova) et à houppes blanches. Il y est mentionné que la chenille à houppes jaunes est rare dans nos régions; je peux donc sans doute me compter chanceuse d’avoir rencontré et immortalisé sur photo un individu de cette espèce!

La chenille à houppes blanches photographiée par ma tante peut être facilement distinguée des autres chenilles à houppes. Bien que ses houppes ne soient pas toujours d’un blanc pur, comme son nom le suggère (peuvent être de couleur crème ou jaunâtre), d’autres caractéristiques permettent de la reconnaître : sa tête est d’un rouge vif et son dos est flanqué d’une longue bande noire bordée de chaque côté de jaune. Si vous comparez avec la chenille à houppes jaunes que j’ai photographiée, vous remarquerez notamment que la tête est entièrement jaune.

Chenille à houppes jaunes – voyez sa tête jaune

Chenille à houppes jaunes – voyez sa tête jaune

Ce que je trouvai de plus fascinant sur ce groupe, en me documentant pour répondre à ma tante, c’est que les membres appartenant au genre Orgyia présentent un dimorphisme sexuel marqué : les femelles sont complètement dépourvues d’ailes! Elles ressemblent à de petites boules de poil munies d’antennes et de pattes (voir cette photo tirée de Bug Guide). En revanche, les mâles ont toute l’apparence d’un papillon de nuit normal : 25 à 35 mm d’envergure et de coloration brun-beige ou grisâtre comportant certains motifs (voir cette photo).

Comme la femelle est aptère, elle pond ses œufs – quelque 300 pour la chenille à houppes blanches – près du cocon duquel elle est sortie. Les jeunes chenilles émergent de leurs œufs au printemps suivant et se développent en 5 à 6 semaines. La chenille à houppe blanche présente deux générations à nos latitudes. On peut donc voir voler les mâles de la première génération entre la troisième semaine de juin et la fin juillet ou encore les mâles de la seconde génération du début août au début octobre. Visiblement, la chenille observée récemment par ma tante fera partie de la deuxième génération!

Pour répondre à la question « cette chenille peut-elle causer des dommages à mes plants chéris », la réponse est… « oui, mais »! Comme toute chenille qui se respecte, notre chenille à houppes blanches doit dévorer une vaste quantité de matière végétale pour accroître son poids de façon exponentielle avant sa métamorphose. Notre amie velue ne fait d’ailleurs pas la fine bouche : elle affectionne tant les feuillus que les résineux. Au menu figurent donc bouleaux, pommiers, cerisiers, ormes, saules, épinettes, pruches, sapins et j’en passe! Espace pour la vie (voir section Pour en savoir plus) précise que cette espèce a plus de 140 plantes-hôtes connues, rien de moins!

Chenille à houppes jaunes – belle coupe punk, n’est-ce pas?

Chenille à houppes jaunes – belle coupe punk, n’est-ce pas?

Cette espèce peut devenir une peste, notamment pour les plantations – les sources consultées parlent de dommages dans les plantations de sapins de Noël. Néanmoins, s’il ne s’agit que de quelques individus isolés aperçus en train de brouter dans vos plates-bandes – et que vous n’êtes pas entrepreneur-jardinier –, je n’en ferais personnellement pas de cas!

Pour terminer, j’avais déjà parlé des poils de ces chenilles dans cette chronique. À ce qu’il semble, les poils des chenilles à houppes se cassent facilement et peuvent se loger dans la peau ou encore être aspirés dans les cavités nasales, causant irritation et inconfort. Les enfants en particulier seraient plus sensibles. Il s’agit d’abord d’une protection naturelle contre les prédateurs, qui n’aimeront guère se retrouver avec un tas de poils piquants dans le palais ou sur la langue! Cela dit, le seul individu que j’ai observé s’est allègrement baladé dans ma main et sur mon bras. Je n’ai présenté aucun signe d’irritation, mais il faut dire que je n’ai pas saisi la chenille entre mes doigts et qu’elle ne s’est pas retrouvée coincée entre ma peau et un vêtement.

En outre, les chenilles à houppes et leur coupe de cheveux fantaisiste sont fort agréables à regarder… et à photographier! Pourvu qu’on use de précaution si l’on souhaite les manipuler!

 

Pour en savoir plus

La gloutonnerie des larves de coccinelles!

Lors de la précédente publication DocBébitte, je vous ai offert de choisir le sujet de ma prochaine chronique. Vous êtes plusieurs lecteurs à avoir opté pour les larves de coccinelles.

Il est vrai que les coccinelles ont la cote. Voyantes, sympathiques et charismatiques, il s’agit d’un des premiers insectes que l’on apprend à connaître quand on est enfant. Pourtant, les larves et leurs mœurs sont nettement moins connues.

Au courant du dernier mois, j’ai eu l’occasion de capturer sur photos et vidéos quelques larves en pleine action. Je savais déjà que ces dernières constituaient de voraces prédateurs : voir ce billet, où je parle du fait qu’elles peuvent engouffrer jusqu’à 600 petits arthropodes sur un cycle de 20 jours! Or, je n’avais pas eu l’occasion de faire des observations de leur gourmandise par moi-même.

Je fus bien servie à la fin du mois de juin et début du mois de juillet cette année. Ma première observation fut fortuite. J’étais en train de photographier une larve de coccinelle asiatique immobile. Je ne portais pas attention au fait qu’il y avait un autre insecte qui déambulait tranquillement vers cette dernière… avant la toute dernière minute. Je me suis rendu compte de la présence dudit insecte (un puceron), à peine une ou deux secondes avant que la larve de coccinelle ne l’engouffre. Le mouvement de la larve fut si rapide que le puceron n’eut aucune chance de s’échapper. Je continuai alors de prendre des clichés, de même qu’une vidéo qui agrémente la présente chronique.

On voit que la coccinelle semble progressivement vider le puceron de ses fluides (celui-ci se « dégonfle » peu à peu au fur et à mesure qu’avance le temps). D’ailleurs, sur mes photographies, on peut voir une exuvie (squelette externe vide) de puceron sise pratiquement aux pieds de la larve… s’agissait-il de la carcasse d’une précédente proie complètement vidée de ses fluides?

Vidéo 1. Larve de coccinelle qui dévore un puceron. Vers le milieu de la vidéo, il y a une brève interruption (un chien qui passait derrière moi m’a fait sursauter en aboyant), mais je reviens rapidement à mon observation principale!

 

Larve de coccinelle asiatique que je photographiais

Larve de coccinelle asiatique que je photographiais

J’étais si concentrée que je n’ai vu le puceron approcher qu’à la dernière minute

J’étais si concentrée que je n’ai vu le puceron approcher qu’à la dernière minute

La larve captura le puceron en un clin d’œil

La larve captura le puceron en un clin d’œil

Après quelques minutes tout au plus, il ne restait que l’exosquelette du puceron entre les mâchoires de la coccinelle

Après quelques minutes tout au plus, il ne restait que l’exosquelette du puceron entre les mâchoires de la coccinelle

 

Ma seconde observation fut celle d’une larve bien installée sur son garde-manger. Bien qu’elle n’était pas en train de s’alimenter, la larve en question était au repos sur le dessus d’une feuille… dont le dessous était infesté de jeunes pucerons. Sur la seconde vidéo ci-dessous, je manipule la feuille afin de vous montrer le nid grouillant de pucerons.

Vidéo 2. Coccinelle qui a bien choisi son petit coin de repos! Vidéo prise à l’aide de mon iPhone (désolée pour la qualité, mais l’observation est néanmoins intéressante). Je fais quelques commentaires oraux, si vous souhaitez élever le volume!

 

Enfin, ma dernière observation m’intrigua particulièrement. J’avais lu que les larves de coccinelles étaient de voraces prédateurs d’une myriade d’invertébrés, mais il semble qu’elles se délectent également du nectar de certaines fleurs. C’est ce que je constatai sur la troisième vidéo ci-dessous. De nombreuses larves étaient affairées à siroter le nectar produit par de petits arbustes poussant le long du trottoir où j’habite. Je les ai observées attentivement, question de m’assurer qu’elles ne cherchaient pas plutôt à s’emparer d’insectes butineurs… mais il était clair qu’elles s’alimentaient bel et bien du contenu des petites fleurs! À ce qu’il semble, les espèces prédatrices de Coccinellidae complèteraient leur alimentation en se nourrissant de pollen.

Vidéo 3. Plusieurs larves se nourrissaient du nectar de ces fleurs.

 

Voilà qui termine ma petite incursion dans le fabuleux monde des larves de coccinelles! On dirait bien qu’elles sont toujours en train de manger, les gloutonnes!

Aviez-vous déjà effectué de telles observations?

 

Pour en savoir plus

Une punaise qui ne fait pas dans la dentelle!

Punaise réticulée, vue dorsale

Punaise réticulée, vue dorsale

Il y a quelques semaines de cela, j’explorais mon quartier armée d’un appareil photo, à la recherche de sympathiques insectes à photographier. Mon œil d’entomologiste amateur étant plutôt aiguisé, je fus intriguée par une petite irrégularité à l’endos d’une feuille… qui s’avéra bel et bien être un arthropode que je n’avais pas encore eu le loisir d’observer.

La bête en question faisait partie de l’ordre des hémiptères et, plus particulièrement, du genre Corythucha (famille Tingidae). En anglais, on surnomme ce groupe de punaises « Lace bugs », (punaises à dentelle), appellation attribuable à l’apparence de leur prothorax et de leurs ailes antérieures. Ces derniers sont en effet recouverts d’un vaste réseau de lignes sombres entrecroisées, donnant l’impression que les punaises ont été fabriquées par une savante tisserande.

La punaise est plate et la tête est cachée sous une section du prothorax nommée « ampoule »

La punaise est plate et la tête est cachée sous une section du prothorax nommée « ampoule »

On dirait qu’elle porte un casque trop grand pour elle!

On dirait qu’elle porte un casque trop grand pour elle!

Je m’attendais à voir apparaître le terme « punaise à dentelle » immédiatement lors de mes recherches sur les sites en français, mais c’est plutôt le surnom « tigre » qui s’imposa… à ma grande surprise! On en est loin de la dentelle! En particulier, je trouvai plusieurs références au « tigre du platane », un Tingidae qui semble faire passablement de ravages sur ce végétal. Par ailleurs, je vis également passer le nom « punaise réticulée », nom qui semble mieux convenir que « tigre ». Qu’en dites-vous?

Ce qu’il importe de savoir, c’est que les punaises réticulées se nourrissent essentiellement de la sève des plantes (arbres, arbustes et plantes herbacées). Cela est vrai tant pour les adultes que pour les nymphes. Elles tendent à s’agglutiner à l’endos des feuilles des arbres-hôtes qu’elles affectionnent afin d’en siroter les fluides à l’aide de leur rostre (appendice buccal ayant en quelque sorte l’apparence d’une paille). On les observe souvent en groupe, s’affairant à dévorer les feuilles, comme en témoignent les photographies affichées sur le site d’Entomofaune, cité dans la section Pour en savoir plus. Les feuilles attaquées finissent par prendre une teinte blanchâtre, jaunâtre ou même brune, puis tomber. Il semble que ces attaques répétées affaiblissent les végétaux touchés, les rendant par le même fait sensibles à d’autres maladies.

Aussi, mes recherches m’ont appris que ces insectes peuvent parfois tomber de leur support, atterrir sur des passants… et finir par les mordre! Mordre les gens, détruire certaines plantations… C’est dire que, bien que très jolies, nos punaises en dentelle sont loin d’être des soies! Cela dit, vous n’avez point à craindre les morsures de ces hémiptères… à moins que vous ne soyez une plante verte!

Notre punaise tout en dentelle est indigène à l’Amérique du Nord. Au Québec, Hébert et al. (2017) précise qu’on retrouve quatorze espèces de punaises réticulées, incluant la punaise réticulée de l’orme, du chêne et du noyer. Ce groupe a été introduit en Europe dans les années 1960 et il semble y être envahissant, n’y ayant pas d’ennemis naturels, si je me fie aux sources consultées (il était cependant surtout question du tigre du platane).

Les ailes translucides laissent passer la lumière du soleil!

Les ailes translucides laissent passer la lumière du soleil!

Certaines espèces retrouvées en Amérique du Nord semblent également être considérées comme des pestes et ne sont sans doute pas appréciées des jardiniers! Néanmoins, les dommages peuvent être limités pour les arbres matures, généralement assez résistants aux attaques de ces insectes. Pour ce qui est des arbustes et plantes ornementales, il est suggéré d’asperger les feuilles de savon insecticide commercial ou encore d’eau savonneuse. Personnellement, je ne suis pas du type à m’acharner sur des insectes phytophages : je m’amuse simplement à les observer et à les laisser faire leur œuvre. Bref, les punaises réticulées, même si elles ne font pas dans la dentelle, demeurent de sympathiques insectes à examiner! Qu’en pensez-vous?

 

Pour en savoir plus

Combien de taches sur cette libellule?

La libellule à quatre taches – vue dorsale

La libellule à quatre taches – vue dorsale

Vue de face

Vue de face

Vue de côté

Vue de côté

Un petit congé forcé ce vendredi, à cause des manifestations anticipées près de mon lieu de travail en cette semaine du G7, ne m’a donné d’autres choix que de me balader un peu dans les environs. La vie est dure, n’est-ce pas? Je me suis ainsi retrouvée dans un magnifique lieu – le parc du Bois-de-Coulonges, à Québec.

À l’entrée de ce domaine sied un joli petit étang… autour duquel « bourdonnait » tout un tas de belles grosses libellules. Je reconnus la libellule quadrimaculée ou libellule à quatre taches, selon les sources (Libellula quadrimaculata), une espèce que je n’avais pas encore eu le loisir d’immortaliser sur photo.

Malheureusement, je n’étais munie que d’un petit appareil photo que j’utilise pour des plans rapprochés (mode « microscope »), mais qui n’est pas conçu pour zoomer des insectes qui ont la bougeotte et qui se posent à quelques mètres du photographe. Ne me décourageant point, je récidivai le lendemain, cette fois-ci armée d’un appareil adéquat. Bien que l’action était moins intense que la veille, je pus tout de même prendre des clichés fort raisonnables qui agrémentent la présente chronique.

Le vendredi, j’avais assisté à des débats amoureux variés : mâles qui se pourchassaient, ainsi que mâles et femelles qui s’adonnaient à la chose en plein vol. Je remarquai que, immédiatement après cet accouplement aérien, la femelle ne perdait pas son temps et procédait à la ponte de ses œufs, en donnant de petits coups à la surface de l’eau du bout de son abdomen. Tous ces comportements sont également rapportés dans Paulson (2011), qui précise notamment que les mâles de cette espèce sont très territoriaux. J’observai en effet que les mâles ne prenaient que peu de répit. Lors de ma seconde visite le samedi, je restai plusieurs minutes dans le même secteur de l’étang afin d’observer un mâle en particulier qui ne cessait de chasser les intrus hors de son territoire. La tâche ne semblait pas facile, puisque le nombre de compétiteurs faisant intrusion s’avérait fort élevé.

Les libellules se perchaient à de multiples endroits : végétation aquatique, végétation terrestre (vue ici) ou encore directement au sol

Les libellules se perchaient à de multiples endroits : végétation aquatique, végétation terrestre (vue ici) ou encore directement au sol

Habitat typique de notre insecte-vedette

Habitat typique de notre insecte-vedette

Je fus surprise par cette libellule qui se laissa prendre

Je fus surprise par cette libellule qui se laissa prendre

Cela dit, j’ai présumé que la majorité des individus que je voyais se pourchasser étaient des mâles, à cause de leur comportement territorial. Comme l’indique Paulson (2011), la libellule à quatre taches est l’une des rares libellules du genre Libellula où les deux sexes sont difficiles à distinguer sans examen plus approfondi. En effet, les mâles et les femelles portent une robe similaire : visage brun-beige, yeux bruns sur le dessus et verts sur le dessous (entièrement bruns chez les individus plus âgés), ainsi que thorax et abdomen majoritairement bruns et bordés de taches jaunâtres. Les ailes sont ornées de motifs foncés et ambrés. La caractéristique qui permet d’identifier l’espèce et qui lui a donné son nom, c’est la présence de quatre petites taches sombres : soit une sur le nodus de chaque aile (la zone située au centre-haut de l’aile). À vrai dire, cependant, on pourrait être porté à calculer l’ensemble des taches des ailes – elles comportent en fait une tache au nodus, mais aussi une près de l’extrémité. Une des sources consultées indique d’ailleurs qu’on ne devrait peut-être pas l’appeler libellule à quatre taches, car elle en porte bien plus en réalité!

Comme tous les odonates, les naïades de la libellule à quatre taches grandissent sous l’eau. Ce sont de voraces prédateurs qui se nourrissent d’une vaste palette d’invertébrés aquatiques (larves de maringouins, de mouches, d’éphémères, etc.) et même de quelques vertébrés comme des têtards et des petits poissons. Les naïades passent deux années sous l’eau, avant d’émerger comme adulte ailé prêt à se reproduire.

Comme la naïade, l’adulte est un prédateur par excellence. Excellent acrobate aérien, il parvient à attraper toute une gamme d’organismes – souvent la version adulte des larves qui étaient dévorées par la naïade! Ainsi, maringouins et mouches qui cherchent habituellement à nous piquer sont au menu. C’est qu’elles sont utiles, ces libellules!

Cet individu était à quelques centaines de mètres de l’étang, plus loin dans le parc

Cet individu était à quelques centaines de mètres de l’étang, plus loin dans le parc

L’espèce est bien répartie et couvre tout le Québec méridional. On la retrouve dans toutes les provinces canadiennes ainsi que dans une grande partie des états américains du centre et du nord (de l’atlantique jusqu’à l’Alaska). Son aire de répartition inclut également l’Europe et l’Asie du nord, allant du Royaume-Uni au Japon.

Pour terminer, vous pourrez observer cette espèce au Québec de la fin mai à la fin août près des milieux où les eaux sont stagnantes et plutôt bien fournies en végétation aquatique. Il peut s’agir d’étangs, mais aussi de zones d’eau calme en bordure de certains lacs ou rivières. Pour vous donner une idée d’un habitat type, je vous ai fourni une photographie de l’étang du parc du Bois-de-Coulonges. Je compte bien y retourner par intervalles car, qui sait, cet étang cache peut-être d’autres espèces de libellules tout aussi sympathiques!

 

Vidéo 1. Je ne pensais pas que cette libellule se laisserait prendre, puisque les autres individus étaient généralement nerveux lorsque je m’en approchais pour les photographier. Elle a gentiment monté sur ma main et y est restée pendant plusieurs minutes, à mon grand plaisir!

 

Vidéo 2. On peut voir cette libellule « respirer » en contractant son abdomen. À noter que les insectes ne respirent pas comme nous (voir cette chronique si vous êtes curieux d’en apprendre plus sur leur système respiratoire).

 

Pour en savoir plus

Araignée contre guêpe : à qui la victoire?

En fouillant dans mes archives de l’été dernier, je suis tombée sur un combat singulier entre une grosse araignée et une guêpe que je vous présente en vidéo et en photo ci-dessous.

Avant d’amorcer le « match », je dois avouer que, dans les deux cas, j’ai dû feuilleter mes guides d’identification et fureter sur Internet afin de m’assurer de l’identité des combattants mis en jeu.

Pour l’araignée, le motif moucheté de l’abdomen me semblait plus prononcé que ce que j’avais déjà observé chez des épeires diadèmes (espèce Araneus diadematus). En examinant du côté d’une espèce cousine, Araneus trifolium, cependant, j’éprouvais toujours des doutes. C’est dans le guide de Bradley (2013) que je trouvai quelques critères supplémentaires aidant à l’identification : les épeires diadèmes présentent sur la face dorsale de l’abdomen une zone centrale plus sombre dont les bordures sont ondulées (cet exemple tiré de Bug Guide). Cette zone peut être plus prononcée vers le bas de l’abdomen, selon les individus; c’est ce que j’observai sur mes photographies. Par ailleurs, le céphalothorax (tête et thorax qui sont joints chez les arachnides) est généralement uniforme.

En revanche, les membres de l’espèce Araneus trifolium présentent trois lignes foncées traversant le céphalothorax (au milieu et de chaque côté; voir ce cliché aussi tiré de Bug Guide), alors qu’il n’y a pas de zone plus sombre visible sur la face dorsale de l’abdomen. En comparant avec quelques photos issues de Bug Guide, toutefois, je m’interroge toujours à savoir si j’ai bien identifié mon spécimen. Me fiant aux critères de Bradley (2013), puis aux différents angles des photographies que j’ai prises (elles ne figurent naturellement pas toutes dans la présente chronique!), j’en conclus qu’il s’agirait d’une épeire diadème, mais je suis ouverte à vos commentaires à cet effet – et aux critères qui devraient faire l’objet d’examen plus précis, si nécessaire.

En ce qui concerne la guêpe, si je me fie aux nombreuses photographies que j’ai prises du combat (je vous en fais grâce encore une fois!), elle appartiendrait à l’espèce Eumenes verticalis. Mon doute réside dans le fait que les auteurs du site d’identification des Vespidae que j’ai utilisé (voir la section Pour en savoir plus) indiquent que cette espèce peut être confondue avec Eumenes crucifera. Comme je n’ai qu’une poignée de photographies en main et pas de spécimens, j’ai effectué l’identification de mon mieux, mais sous toutes réserves. Je suis encore une fois ouverte à vos commentaires.

Qu’à cela ne tienne, le combat entre ces deux arthropodes est intéressant à observer. L’issue n’était pas celle à laquelle je m’attendais. L’araignée était énorme comparativement à la guêpe. Or, cette dernière fut très combattive, tentant de piquer l’araignée à moult reprises à l’aide de son dard affilé. Lors du combat, la guêpe s’empara même d’une, puis de deux pattes de l’araignée… qui tentait étonnamment de se défiler!

Sur la vidéo que je vous offre dans la présente chronique, on voit l’araignée tenter tant bien que mal de mordre l’hyménoptère déchaîné. Sur les clichés qui suivent, on peut apprécier la suite du combat, où la guêpe s’empare d’une patte de l’épeire, qui affiche soudainement un air piteux. À la fin, la guêpe réussit à se déloger de la prison de soie que l’arachnide avait commencé à tisser autour d’elle. Elle prendra la poudre d’escampette, laissant notre épeire penaude et vaincue.

Visiblement, ce n’est pas la taille qui compte! Quand on est dans de beaux draps, la combativité peut toujours s’avérer récompensée! Guêpe : 1, Épeire : 0!

Vidéo 1. Début de la joute. L’araignée semble avoir le dessus et cherche à injecter son venin dans la pauvre guêpe enchevêtrée dans sa toile.

Photographies de la suite du combat!

 

La guêpe tient férocement une patte de l’araignée

La guêpe tient férocement une patte de l’araignée

Ne trouvez-vous pas que l’épeire semble piteuse? Elle a complètement cessé d’attaquer la guêpe et cherche simplement à ne pas se faire piquer!

Ne trouvez-vous pas que l’épeire semble piteuse? Elle a complètement cessé d’attaquer la guêpe et cherche simplement à ne pas se faire piquer!

Photo prise tout juste avant l’envol de la guêpe; elle n’est plus enrubannée dans la soie de l’épeire et sera libre dans quelques instants!

Photo prise tout juste avant l’envol de la guêpe; elle n’est plus enrubannée dans la soie de l’épeire et sera libre dans quelques instants!

Pour en savoir plus