Pour en apprendre plus sur les invertébrés!
Facebook

Plécoptère ou mégaloptère, là est la question!

Plécoptère adulte (famille Perlidae)

Plécoptère adulte (famille Perlidae)

Les photographes d’insectes, qu’ils soient amateurs ou aguerris, abondent et nombreux sont ceux qui aiment partager leurs découvertes, notamment sur la page Facebook Photos d’insectes du Québec.

À quelques reprises cet été, j’ai vu des photographes se demander s’ils avaient capturé sur le vif un adulte mégaloptère ou un plécoptère. Bien que certains mégaloptères se distinguent très bien par leur taille et leurs mandibules gigantesques (corydales cornues), d’autres groupes comme le genre Chauliodes, en particulier, peuvent ressembler à certains plécoptères.

Mégaloptère adulte (Chauliodes pectinicornis)

Mégaloptère adulte (Chauliodes pectinicornis)

Chez les larves et naïades, la distinction s’effectue assez simplement entre les mégaloptères et les plécoptères. J’avais donné quelques conseils d’identification d’insectes aquatiques dans cette chronique. Pour résumer, les naïades de plécoptères sont munies de fourreaux allaires, ont deux griffes par pattes et portent deux longs appendices effilés situés tout au bout de leur abdomen que l’on appelle « cerques ». Les larves de mégaloptères possèdent un corps mou bordé de longs filaments latéraux (des branchies) et leurs pattes comportent deux griffes. Leur abdomen se termine soit par un long filament unique soit par deux fausses pattes munies de deux crochets chacune. Bien qu’ils puissent être confondus avec d’autres groupes (ex. : coléoptères), les formes que prennent les stades aquatiques de mégaloptères et de plécoptères sont fort différentes.

Les mégaloptères et plécoptères adultes, quant à eux, possèdent quelques attributs qui les distinguent. Mais leur silhouette générale se ressemble. Il s’agit dans les deux cas d’organismes d’assez grande taille qui peuvent mesurer quelques centimètres de longueur. Leur corps est souvent brunâtre, alors que leurs ailes sont longues, nervurées et repliées par-dessus l’abdomen.

Lorsque leurs ailes sont refermées, les deux groupes se ressemblent : plécoptère Pteronarcys à gauche et mégaloptère Chauliodes à droite

Lorsque leurs ailes sont refermées, les deux groupes se ressemblent : plécoptère Pteronarcys à gauche et mégaloptère Chauliodes à droite

Plécoptère (genre Pteronarcys) en haut, mégaloptère (chauliode parchemin) en bas

Plécoptère (genre Pteronarcys) en haut, mégaloptère (chauliode parchemin) en bas

Cerques du plécoptère qui se cachent sous les ailes : vue ventrale

Cerques du plécoptère qui se cachent sous les ailes : vue ventrale

Tarse du plécoptère

Tarse du plécoptère

L’adulte plécoptère est, tout comme la naïade, muni de deux cerques logés au bout de son abdomen. Malheureusement, ses longues ailes cachent souvent ces appendices qui servent de critère d’identification. Si vous ne pouvez voir les cerques, tâchez de vous concentrer sur les pattes (conseil aux photographes!). En effet, les tarses des plécoptères adultes comportent 2 à 3 segments, alors que ceux des mégaloptères en comptent 5. Il s’agit ici d’un des critères utilisés par Merritt et Cummins (1996) afin de discriminer les insectes d’origine aquatique.

Un autre critère que j’ai retrouvé dans mes guides porte sur les ailes. Lorsqu’ouvertes, il est facile de voir que les ailes postérieures des plécoptères sont plus larges que leurs ailes antérieures. Cette différence marquée n’existe pas chez les mégaloptères.

Outre ces critères que je pourrais qualifier « d’officiels » (tirés de guides), on peut noter, à l’œil, d’autres différences aidantes. Par exemple, si vous jetez un coup d’œil à mes photos comparatives, vous remarquerez que le thorax (partie située immédiatement après la tête) de notre plécoptère (ici un individu du genre Pteronarcys) est aussi large que la tête. En revanche, le thorax du chauliode parchemin (Chauliodes pectinicornis) est plus étroit que la tête et de forme légèrement plus allongée. Je ne vous dirai pas que ce critère fonctionne de façon absolue pour toutes les familles de plécoptères et de mégaloptères, mais il donne un petit coup de pouce pour les groupes qui se ressemblent beaucoup (plécoptères Perlidae/Pteronarcyidae versus mégaloptères Chauliodes). En cas de doute, recherchez les cerques ou regardez les tarses et les ailes!

Tarse du mégaloptère

Tarse du mégaloptère

J’aimerais vous dire « à vos appareils photo », mais la saison des insectes tire à sa fin. J’espère néanmoins que ces quelques conseils vous seront utiles lors de la prochaine saison estivale. Vous saurez alors quels angles utiliser et quels organes photographier pour vous permettre d’identifier vos spécimens. Si vous êtes comme moi, ce ne sont pas les angles et le nombre de clichés qui manqueront!

 

PS – Pour ceux d’entre vous qui cherchent des conseils supplémentaires pour distinguer les deux espèces de chauliodes que nous avons au Québec, vous pouvez aussi consulter cette chronique.

 

Pour en savoir plus

  • Borror, D.J. et R.E. White. 1970. Peterson Field Guides – Insects. 404 p.
  • Bug Guide. Order Megaloptera – Alderflies, Dobsonflies, and Fishflies. https://bugguide.net/node/view/233428
  • Bug Guide. Order Plecoptera – Stoneflies. https://bugguide.net/node/view/76
  • Evans, A.V. 2008. Field guide to insects and spiders of North America. 497 p.
  • Merritt, R.W. et K.W. Cummins. 1996. Aquatic insects of North America. 862 p.
  • Moisan, J. 2010. Guide d’identification des principaux macroinvertébrés benthiques d’eau douce du Québec, 2010 – Surveillance volontaire des cours d’eau peu profonds. 82 p. Disponible en ligne : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/eau/eco_aqua/macroinvertebre/guide.pdf
  • Voshell, J.R. 2002. A guide to common freshwater invertebrates of North America. 442 p.

Le ruisseau aux éphémères

Si vous me suivez sur la page Facebook DocBébitte, vous avez vu passer la semaine dernière une vidéo portant sur quelques invertébrés aquatiques capturés lors d’une sortie éducative à Port-au-Saumon, sur le site du Camp ERE de l’Estuaire. J’y étais invitée afin d’effectuer une petite animation auprès de jeunes du secondaire, activité qui nous conduisait aux abords d’un petit ruisseau sur le territoire du camp.

Naïades d’éphémères de la famille Ephemerellidae capturées avec des étudiantes du secondaire

Naïades d’éphémères de la famille Ephemerellidae capturées avec des étudiantes du secondaire

Écosystème échantillonné

Écosystème échantillonné

J’étais allée inspecter le terrain une heure ou deux avant l’animation, question de m’assurer que les tronçons visités recélaient bel et bien de quelques trésors. J’avais donc remarqué que beaucoup d’éphémères se cachaient parmi les mousses tapissant les roches.

De retour avec les étudiantes, nous nous affairâmes à soulever des roches, gratter la mousse et collecter ce qui y vivait. Entre quelques larves de tipules, de trichoptères et d’une naïade de libellule, la majorité de l’échantillon était composé, sans trop de surprise, de naïades d’éphémères.

Vous aurez remarqué que j’utilise le terme naïade pour désigner ce stade de vie des éphémères. En anglais, on utilise typiquement le terme « larva », mais je m’étais fait expliquer par un entomologiste que le bon terme français pour désigner le stade « larvaire » d’un insecte aquatique subissant une métamorphose simple (libellules, plécoptères et éphémères en particulier) est « naïade ». En outre, il s’agit du stade de nymphe aquatique. Leçon de français 101 terminée!

Ceci étant dit, la vaste majorité des éphémères appartenait à la famille Ephemerellidae, probablement le genre Ephemerella si je me fie aux angles des différentes photos que j’ai prises et aux quelques spécimens préservés. À noter que je n’ai gardé que les spécimens qui n’avaient pas survécu à l’échantillonnage et j’ai relâché tous les autres après avoir pris les vidéos et les photos que vous pouvez apprécier dans la présente chronique.

Individu au fond de ma main; ils font de 4 à 15 mm

Individu au fond de ma main; ils font de 4 à 15 mm

Autre individu; ses deux cerques et son filament médian (ses trois « queues ») sont ici bien visibles

Autre individu; ses deux cerques et son filament médian (ses trois « queues ») sont ici bien visibles

La famille Ephemerellidae est largement répandue à l’échelle de l’Amérique du Nord. Les membres de ce groupe se retrouvent principalement dans les cours d’eau lotiques, soit où l’eau s’écoule de façon dynamique. Ils habitent aussi à l’occasion les rives des lacs où l’action des vagues est récurrente. Voshell (2002) précise que les naïades trouvent notamment refuge entre les interstices des roches ou encore dans la mousse qui pousse sur ces dernières. Pas surprenant que nous les ayons observées dans le petit ruisseau Sainte-Marguerite, où les eaux fraîches cascadent assez promptement sur des roches recouvertes de mousses.

Comme elles vivent souvent en eaux courantes, la forme de leur corps est relativement aplatie et leur permet donc de rester accrochées au substrat sans y être délogées. Leur mode de locomotion principal consiste ainsi à grimper et ramper, comme on peut le voir dans les vidéos ci-dessous. Elles respirent sous l’eau à l’aide de branchies qui parcourent chaque côté de leur abdomen. Ce sont ces dernières que l’on voit s’agiter dans les vidéos que j’ai prises. Chez la famille Ephemerellidae, la disposition des branchies est l’un des critères qui aident à l’identification. En effet, ce groupe est muni de branchies plus ou moins ovales qui commencent au segment 3 ou 4 de l’abdomen. Il n’y en a pas sur le second segment. C’est notamment en examinant à partir de quel segment apparaissent les branchies (attention, ce n’est pas le seul critère, mais c’est un des indices à surveiller!) que l’on peut savoir si l’on fait affaire à un Ephemerellidae ou non.

Fait intéressant, les naïades de cette famille ont développé un mécanisme de défense particulier : face au danger, elles courbent le bout de leur abdomen de sorte que leurs « queues » (deux cerques entourant un filament médian) soient portées vers l’avant. Cette posture rappelle celle d’un scorpion. Si l’ennemi ne rebrousse pas chemin, la naïade tentera de le harponner de quelques coups secs. Ce mécanisme explique sans doute certaines de mes observations : j’avais en effet remarqué que les naïades d’éphémères capturées tendaient à « hocher » le bout de leur abdomen vers l’avant. Elles me disaient peut-être qu’elles n’appréciaient pas vraiment faire l’objet d’une petite animation scientifique!

On peut compter à rebours (du bout de l’abdomen vers le thorax) le nombre de segments de l’abdomen, puis vérifier où se situent les branchies pour s’aider dans l’identification de ce groupe

On peut compter à rebours (du bout de l’abdomen vers le thorax) le nombre de segments de l’abdomen, puis vérifier où se situent les branchies pour s’aider dans l’identification de ce groupe

Cette famille d’éphémères a été identifiée comme étant plutôt sensible à la pollution. Elle comprend des espèces dont le comportement alimentaire varie entre ramasseur-collecteur (recueillent des particules diverses comme des détritus, algues et résidus d’origine animale), brouteur (raclent les algues sur les roches) et, dans une moindre mesure, déchiqueteur-détritivore (déchiquètent les feuilles mortes et autres détritus qui tombent dans le cours d’eau ou encore qui y poussent). Tout cela fait en sorte qu’il n’est pas vraiment surprenant d’en trouver en grand nombre dans un petit ruisseau forestier où la pollution anthropique s’avère très faible et où des détritus de toutes sortes y sont retrouvés.

Je vous ai parlé largement des larves, mais à quoi ressemblent les adultes, me direz-vous? Quand les naïades parviennent à maturité, elles se laissent flotter vers la surface de l’eau ou rampent hors de l’eau et se fixent à un substrat. C’est ensuite que s’opère la métamorphose : l’adulte ailé émergera directement de la naïade; il s’agit à cet instant d’une subimago (un « pseudo-adulte », si l’on veut), qui aura à subir encore une autre mue avant d’atteindre son stade reproducteur final. J’avais croqué sur le vif cette seconde mue pour des éphémères Caeniidae – voir cette chronique. Pour ce qui est des Ephemerellidae, vous pouvez jeter un coup d’œil à ce lien sur Bug Guide où plusieurs photos présentent des adultes.

Les adultes portent des pièces buccales très réduites : ils ne se nourrissent point et ne survivent… que le temps de se reproduire! D’où leur nom commun « éphémères », visiblement tiré de leur très courte durée de vie adulte.

Lors de mon animation, une des étudiantes m’a demandé « à quoi ça sert, ces organismes »? Ce qu’il faut savoir, c’est que les éphémères – tant les naïades que les adultes – constituent un maillon important des chaînes alimentaires aquatiques et terrestres. Les naïades nourrissent une vaste palette d’invertébrés aquatiques prédateurs et de poissons. Les adultes, quant à eux, nourrissent aussi plusieurs poissons, de même que des oiseaux et autres prédateurs terrestres (notamment les araignées). En revanche, les naïades se nourrissent d’algues et de détritus variables et contribuent à la décomposition et au « nettoyage » des milieux aquatiques. En outre, elles sont essentielles au bon fonctionnement des écosystèmes aquatiques, rien de moins!

 

Vidéo 1. On voit bien les branchies en mouvement le long des flancs de cet Ephemerellidae.

 

Vidéo 2. Quelques Ephemerellidae collectés avec les étudiantes. Deux larves de tipules sont aussi observées (une foncée, immobile au milieu de l’écran et une seconde, plus pâle, qui arrive en rampant sur la droite).

 

Vidéo 3. Deux naïades qui se meuvent sous le stéréomicroscope. On voit également le montage utilisé – stéréomicroscope et écran – en deuxième partie de vidéo.

 

Pour en savoir plus

  • Bug Guide. Family Ephemerellidae – Spiny Crawler Mayflies. https://bugguide.net/node/view/13696
  • Hauer, F.R., et G.A. Lamberti. 2007. Methods in stream ecology. 877 p.
  • Merritt, R.W. et K.W. Cummins. 1996. Aquatic insects of North America. 862 p.
  • Moisan, J. 2010. Guide d’identification des principaux macroinvertébrés benthiques d’eau douce du Québec, 2010 – Surveillance volontaire des cours d’eau peu profonds. 82 p. Disponible en ligne : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/eau/eco_aqua/macroinvertebre/guide.pdf
  • Thorp, J.H., et A.P. Covich. 2001. Ecology and Classification of North American Freshwater Invertebrates. 1056 p.
  • Voshell, J.R. 2002. A guide to common freshwater invertebrates of North America. 442 p.
  • Wikipedia. Ephemerellidae. https://en.wikipedia.org/wiki/Ephemerellidae

Gagnant du concours amical de photographie d’insectes 2018 : Gomphe en émergence par Pierrot Busque

Photo gagnante : Gomphe en émergence, par Pierrot Busque

Photo gagnante : Gomphe en émergence, par Pierrot Busque

C’est avec un immense plaisir que je vous dévoile la photographie gagnante du concours amical DocBébitte 2018!

Étant donné que 8 des 21 photographies soumises cette année portaient sur des libellules, il n’est pas étonnant que notre cliché élu favori en soit un où figurent ces charmantes bêtes! Plus précisément, c’est la photographie d’un gomphe en émergence (famille Gomphidae), prise par Pierrot Busque, qui s’est avérée être la favorite des lecteurs! Cette observation – qui n’en est pas une que l’on effectue tous les jours – aura su capter la curiosité des électeurs.

Mention honorable à Enallagma civile sur plume par Peter Lane

Mention honorable à Enallagma civile sur plume par Peter Lane

Chose promise, chose due, ladite photo est mise en vedette dans la présente chronique et je m’affairerai à rédiger quelques lignes sur l’individu croqué sur le vif. Mais avant de commencer, j’aimerais remercier à nouveau tous les participants au concours, lesquels nous ont fait voir des photos hautes en couleur! En particulier, j’offre une mention honorable pour la photographie « Enallagma civile sur plume » de Peter Lane qui se retrouve en deuxième position. Les électeurs auront sans doute apprécié le côté artistique de ce cliché!

En outre, bravo à tous les participants, vos clichés ont été nettement appréciés… mais il fallait désigner un gagnant!

 

L’émergence du gomphe

Si vous me connaissez même un tant soit peu, vous savez probablement déjà que j’affectionne tout particulièrement les libellules et leurs naïades (stade aquatique de la nymphe). Le logo de DocBébitte représente d’ailleurs une naïade de libellule… l’aviez-vous deviné?

Sur la photographie de M. Busque, on voit en fait l’adulte de la libellule s’extirper progressivement de l’exuvie de la naïade – l’exuvie étant le squelette externe de tout insecte. Contrairement au papillon dont la chenille forme une chrysalide avant de se transformer en adulte, la métamorphose chez les libellules est dite simple. Il n’y a pas de stade comprenant la formation d’une chrysalide ou d’une pupe; l’adulte se forme directement à l’intérieur de la carcasse de la naïade.

Ainsi, quand la naïade sent qu’il est temps de se métamorphoser, elle rampe hors de l’eau et s’accroche à divers substrats. Selon les espèces et les milieux, il peut s’agir de roches (comme sur la photo de M. Busque), de troncs, de tiges, etc. Ensuite, l’adulte prêt à émerger fend l’exuvie au niveau du thorax et y émerge progressivement. Ce processus est assez long et nous laisse donc le temps d’admirer le phénomène.

La métamorphose ne se passe pas toujours comme prévu

La métamorphose ne se passe pas toujours comme prévu

Une fois extirpé, l’adulte doit se laisser sécher et prendre sa forme définitive avant de pouvoir s’envoler. Il est très vulnérable à ce moment. Un coup de vent ou une vague imprévue peut facilement le déformer et le rendre non opérationnel.

À plusieurs reprises dans les dernières années, j’ai observé des émergences de gomphes-cobras (Gomphus vastus) où je notais la présence de bon nombre d’individus « handicapés » (corps ou ailes déformés). La phase de métamorphose est non seulement énergivore pour nos belles libellules, elle est critique. Sans ailes fonctionnelles, notamment, nos adultes ne peuvent se déplacer afin de se nourrir et de se reproduire – leur objectif ultime!

Sur la photographie mise en vedette, on est en mesure de déterminer que l’individu est un gomphe (famille Gomphidae). Je suis capable d’identifier ce spécimen à la famille, pour ma part, à partir de l’exuvie. Les naïades et exuvies vides de gomphes sont faciles à identifier à cause de la forme de leurs antennes. J’avais déjà fait part des critères d’identification dans cette précédente chronique, si le sujet vous intéresse (je ne me répéterai pas ici)!

La famille Gomphidae est fréquemment rencontrée au Québec. Les adultes, d’assez bonne taille (40 à 60 mm), aiment bien se percher et se laisser admirer! En Amérique du Nord, on recenserait un peu plus de 100 espèces. L’extrémité de l’abdomen est très souvent renflée, une caractéristique qui permet généralement de rattacher les individus observés à cette famille. C’est d’ailleurs elle qui a donné le nom anglais à cette famille : « clubtails » (queue en forme de club de golf). De plus, l’espacement plutôt large entre les yeux de l’adulte (au-dessus de la tête) serait aussi typique à ce groupe (voir cette photo tirée de Bug Guide).

J’ai écrit à plusieurs reprises des chroniques portant en tout ou en partie sur ce beau groupe de libellules (comme mentionné plus haut, j’ai un petit faible…). Si vous êtes curieux et que le cœur vous en dit, voici quelques chroniques que vous pouvez lire à ce sujet:

Je félicite encore Pierrot Busque pour nous avoir partagé ses belles observations de gomphes en émergence!

Pour en savoir plus

L’amour est dans le chardon!

Plus tôt cet été, je fis la rencontre d’un sympathique coléoptère qui ne me rendit pas la tâche facile en matière de prise de photographies. Ma première observation fut fortuite, alors que je jetais un coup d’œil furtif à une talle de chardon, en transit entre deux destinations. Mon œil aiguisé d’entomologiste amateur détecta en effet une petite irrégularité dans la végétation qui s’avérait être, à mon grand plaisir, un insecte!

Larinus carlinae, dit charançon du chardon

Larinus carlinae, dit charançon du chardon

Il a une « bette » sympathique, vous ne trouvez pas?

Il a une « bette » sympathique, vous ne trouvez pas?

Munie seulement de mon iPhone, je tentai tant bien que mal de prendre des clichés du spécimen… en me piquant les doigts à quelques reprises! Insatisfaite des quelques maigres photos prises, je récidivai dans les jours qui suivirent à l’aide d’un appareil plus performant.

Cela dit, je me mis à porter une plus grande attention à la faune qu’abritaient les talles de chardon jonchant les terrains vagues près de mon domicile. Je revis ledit coléoptère que je pus enfin identifier comme étant un charançon bien connu pour son amour du chardon : Larinus carlinae (anciennement connu sous le nom de Larinus planus). Son nom anglais « Canada thistle bud weevil » se traduirait par charançon du bourgeon du chardon du Canada; il s’agit d’une traduction maison, puisque je n’ai pas trouvé de nom commun français dans les sources consultées.

Qu’à cela ne tienne, notre charmant charançon mesurant entre 7 à 8 mm de long aime visiblement vivre bien caché dans le chardon! Dans le cadre de la présente chronique, j’appellerai donc amicalement cette espèce de Curculionidae « charançon du chardon ».

Lors de mes explorations subséquentes, j’observai de plus en plus de couples de cet insecte… affairés à faire la chose, bien protégés entre les piquantes épines des chardons. Encore une fois, je risquai de sévères blessures (bon, j’exagère peut-être un peu!) pour documenter mes observations pour votre bénéfice, chers lecteurs.

Trêve de plaisanteries, il n’est tout de même pas si facile de photographier des insectes qui ne cessent de se défiler entre feuilles et épines bien pointues! Visiblement, nos charançons ont choisi la demeure idéale pour éviter plusieurs prédateurs.

Couple de charançons du chardon qui copule

Couple de charançons du chardon qui copule

Une tâche risquée pour le bout des doigts!

Une tâche risquée pour le bout des doigts!

Une fois la copulation terminée, les femelles pondent leurs œufs sur les chardons, où les larves se développeront. Comme son nom anglais le suggère, les larves se développent plus précisément dans les bourgeons des fleurs de chardons.

Comme malheureusement beaucoup d’insectes, ce coléoptère constitue une espèce introduite en Amérique du Nord. Il provient d’Europe et son introduction initiale dans les années 1960 aurait d’abord été accidentelle. Dans les années 1990, cependant, il aurait été introduit sur de plus vastes territoires aux fins de lutte biologique contre une espèce de chardon envahissante (Cirsium arvense). Ce n’est qu’après son introduction qu’on a observé que le charançon du chardon s’attaquait aussi aux plants de chardons indigènes à l’Amérique du Nord. Comme le charançon s’attaque particulièrement aux bourgeons, il a pour effet de diminuer la production de graines des plants dévorés. Ceci est une bonne nouvelle pour ralentir la progression de l’espèce envahissante, mais nettement moins bonne pour les espèces natives.

Pour terminer la présente chronique, je vous laisse apprécier quelques vidéos que j’ai prises de deux couples différents de charançons en train de s’accoupler. Je dois avouer avoir été surprise par les mouvements exercés par le mâle sur la première vidéo – qui ressemble à ce que l’on aurait pu s’attendre chez des mammifères. Je n’avais pas encore vu de coléoptères s’adonner à la chose de façon aussi active. Il faut dire que chez ces charançons, l’amour est non seulement dans le pré, il est dans le chardon!

Vidéo 1. Ce couple de charançons du chardon s’adonne à la chose. Qui aurait cru que je réaliserais un jour ce genre de film! Yeux prudes avertis!

 

Vidéo 2. Ce couple déambule entre les épines du chardon où ils se sont rencontrés. Belle cachette pour ces amoureux afin d’éviter les prédateurs! Mais attention aux doigts d’entomologistes inquisiteurs!

 

Pour en savoir plus

De l’aide pour la lutte aux scarabées japonais?

À la mi-juillet, un des lecteurs DocBébitte – et collègue entomologiste – m’écrivait afin de me parler d’un parasitoïde de plus en plus répandu au Québec qui pourrait nous donner un souffle nouveau dans la lutte aux gourmands et abondants scarabées japonais. Ce lecteur me transmettait, dans le même message, un hyperlien vers un site qui décrivait davantage la situation (Les vivaces de l’Isle; voir section Pour en savoir plus).

Peu après la réception de ce commentaire, j’eus la chance d’observer moi-même deux scarabées parasités, dont un qui semblait mort. Je pus prendre des clichés et vidéos de ce dernier, qui semblait complètement figé sur place. À la suite de ces observations, j’effectuai quelques recherches supplémentaires et je souhaitais aujourd’hui vous partager mes trouvailles.

Scarabée japonais parasité

Scarabée japonais parasité

Tout d’abord, les traces du parasitoïde en question sont facilement visibles : elles consistent en un ou plusieurs œufs blancs pondus sur le thorax des scarabées, soit la partie verdâtre située tout juste derrière leur tête. Ces œufs sont celle d’une mouche – Istocheta aldrichi – qui origine elle aussi du Japon.

La larve qui émerge de l’œuf pénètre dans le scarabée et se nourrit de ses tissus internes. Le scarabée s’en retrouve rapidement paralysé. Ensuite, la larve bien nourrie forme une pupe et passe l’hiver sous cette forme, à l’abri, dans la carcasse vidée du scarabée. La carcasse immobile que je pus observer constituait sans doute de tels restes. Ce qui me surprit, cependant, c’est que le scarabée était bien fixé à la feuille et demeurait ainsi très visible. Un prédateur (oiseau?), aurait-il pu avaler le tout – scarabée et parasitoïde inclus? À ce que j’ai pu en lire, les scarabées infestés auraient plutôt tendance à s’enfouir. Avez-vous fait des observations qui diffèrent de ces dires, comme ce qui semble être mon cas?

Fait intéressant, les femelles sont davantage infestées que les mâles. Notre mouche profiterait en effet de la plus grande immobilité des femelles en période d’accouplement pour y pondre ses œufs. Et cela est d’autant plus intéressant – du point de vue de la lutte biologique –, car les femelles parasitées mourraient avant d’être en mesure de pondre leur précieuse cargaison (40 à 60) d’œufs. Cela étant dit, les mouches sont susceptibles de pondre jusqu’à une centaine d’œufs sur une période d’un mois. C’est que ça en fait beaucoup de scarabées potentiellement parasités!

Le coléoptère parasité était agglutiné à la feuille, immobile

Le coléoptère parasité était agglutiné à la feuille, immobile

L’œuf du parasitoïde vu de plus près

L’œuf du parasitoïde vu de plus près

Notre diptère allié a été introduit au New Jersey en 1922, pour des raisons de lutte biologique… justement contre le scarabée japonais qui y faisait ravage depuis 1912. Il est demeuré cependant très discret… trop sans doute pour ceux qui espéraient voir cette espèce décimer les populations de scarabées japonais. Les cas de parasitisme n’auraient été réellement recensés que plusieurs décennies plus tard, dans les années 1970. En effet, au New Jersey, le climat engendrait un décalage entre la mouche et le scarabée, rendant peu efficace son introduction. Néanmoins, la mouche est parvenue à s’établir plus au nord et – de toute évidence – à y proliférer. Au Canada, les premières observations de I. aldrichi sont très récentes et datent de 2013 ou 2014 (varie selon les sources), en Ontario.

Vous pouvez voir une très belle photo de cette mouche sur le site Le Jardinier paresseux (voir section Pour en savoir plus). Elle ne fait que 5 mm de longueur. Malgré sa petite taille, gardez l’œil ouvert : elle peut être observée dans nos plates-bandes, puisqu’elle se nourrit de nectar.

Plus précisément, deux des sites consultés énumèrent quelques plantes que notre mouche parasitoïde affectionne. Elles incluent de multiples plantes typiques de nos plates-bandes et jardins comme les asters, les marguerites, les rudbeckies, l’origan et la coriandre. Je vous suggère de jeter un coup d’œil à ces sites (Les vivaces de l’Isle, Le Jardinier paresseux), qui pourraient vous donner des idées si vous souhaitez prendre des mesures encourageant la présence de cette mouche parasitoïde.

Dans la même veine, les experts recommandent d’éviter de tuer les scarabées qui sont parasités. En outre, il semble que les insecticides soient plus nocifs pour les mouches (que l’on veut voir se multiplier) que pour nos coléoptères ravageurs.

En tant qu’écologiste, je dois enfin me garder une petite réserve. Cette mouche, bien qu’utile dans la lutte aux scarabées japonais, pourrait-elle s’avérer nocive pour des insectes indigènes que l’on cherche à protéger? Souvent, lorsque l’on introduit une espèce exotique, on se retrouve avec des effets imprévus sur les organismes qui étaient déjà présents dans l’environnement… Espérons que la venue de cette mouche dans nos jardins sera uniquement synonyme de saine lutte biologique! Je garderai certainement un œil ouvert pour la suite des événements!

Pour votre information : Espace pour la vie a émis une publication sur sa page Facebook au mois de juin et invite les personnes qui observent des œufs sur le thorax des scarabées japonais à signaler leurs observations par le biais de son site Internet : https://monespace.espacepourlavie.ca/en/identify-insect

 

Vidéo 1. Scarabée japonais immobile (et sans doute mort) que j’ai filmé à la fin du mois de juillet 2018, en Montérégie.

 

Pour en savoir plus