Pour en apprendre plus sur les invertébrés!
Facebook

Dans l’œil de mon microscope : la robe à pois!

Je ne vous avais pas soumis de devinette depuis belle lurette! Voici donc venu le temps de tester vos connaissances entomologiques.

L’insecte mis en vedette cette semaine semble porter une jolie robe orange à pois noirs. Très commun, je vous défie d’identifier l’individu… à l’espèce!

Vous pouvez répondre à cette devinette en vous joignant à la Page Facebook DocBébitte ou encore en inscrivant votre réponse dans la section « Commentaires » de la présente chronique. L’invertébré-mystère vous sera dévoilé lors de la prochaine publication DocBébitte!

Qui peut bien oser porter des pois noirs sur fond orange?

Qui peut bien oser porter des pois noirs sur fond orange?

Joyeuse Saint-Valentin 2018!

En cette fraîche semaine de la Saint-Valentin, quoi de mieux qu’une petite anecdote pour faire fondre votre cœur d’entomologiste?

J’avais en effet en tête depuis déjà quelques semaines un court sujet dont je souhaitais vous faire part. Il s’agit d’une observation intrigante que j’avais effectuée à l’été dernier et qui m’avait alors fait exclamer « Hein, les insectes font cela eux aussi ?!? ».

Même les méloés mâles usent de préliminaires pour séduire Mesdames! Ici un couple de méloés noirs (Epicauta pensylvanica).

Même les méloés mâles usent de préliminaires pour séduire Mesdames! Ici un couple de méloés noirs (Epicauta pensylvanica).

J’étais alors « plantée » au beau milieu d’un champ envahi par des verges d’or (Solidago sp.), où plusieurs espèces d’insectes étaient affairées à assurer leur pérennité! Étaient présentes cantharides de Pennsylvanie et punaises embusquées en grand nombre. De même, plusieurs insectes vêtus d’une belle robe noire et appartenant au groupe des méloés (un groupe que je connais à peine) s’adonnaient aux mêmes mœurs.

C’est en regardant un couple de ces méloés de plus près que je réalisai que le mâle était en train de tapoter l’arrière-train de la femelle à l’aide de ses antennes en exécutant des mouvements et des pulsations variés (voir la vidéo ci-dessous). Des préliminaires, peut-être? Si je me fie à Evans (2014), la réponse est… oui, tout à fait! À ce qu’il semble, la famille Meloidae est reconnue pour faire preuve d’une vaste palette de pratiques nuptiales : signaux chimiques, visuels et tactiles font partie des tactiques utilisées!

Qui aurait cru que les insectes usaient de tels stratèges? Dommage que la Saint-Valentin soit en hiver; nos sympathiques arthropodes en auraient autrement sans doute profité pour courtiser leur douce moitié! Trêve de plaisanteries! Je vous souhaite une joyeuse Saint-Valentin en compagnie des êtres qui vous sont chers… insectes ou non!

Vidéo 1. À gauche, mâle méloé noir (Epicauta pensylvanica) qui tapote l’arrière-train d’une femelle… qui ne semble malheureusement pas très impressionnée!

 

Pour en savoir plus

  • Evans, A.V. 2014. Beetles of Eastern North America. 560 p.

Sors de ta coquille! Les mulettes d’eau douce.

Tout un tas de moules d’eau douce m’attendait au lac Bonny

Tout un tas de moules d’eau douce m’attendait au lac Bonny

Les chroniques DocBébitte font largement place aux arthropodes – soit les organismes invertébrés munis de pattes segmentées. Je vous parle moins souvent des autres formes d’invertébrés, souvent plus mystérieux et moins prisés des entomologistes amateurs. Pourtant, bon nombre d’entre eux sont connus et font partie de notre quotidien.

À titre d’exemple, si vous vivez aux abords d’un plan d’eau permanent (lac ou rivière) – ou encore que vous adorez patauger dans l’eau comme je tente de le faire chaque été –, vous connaissez sans aucun doute la bête dont je compte vous entretenir.

Il s’agit des grosses moules d’eau douce, communément appelées mulettes. Elles appartiennent à l’un de nos trois grands groupes de moules d’eau douce au Québec : les Unionidés. Ce groupe, qui comprend deux familles (Margaritiferidae et Unionidae), est facile à distinguer des deux autres groupes (Sphaeriidés et Dreissenidés). Alors que ces derniers sont relativement petits et font quelques centimètres (environ 2 à 5 cm selon le groupe), les Unionidés sont susceptibles d’atteindre une impressionnante taille de 20 à 25 cm!

Les mulettes sont des mollusques qui font partie de la classe des Bivalves. Comme le nom le suggère, il s’agit d’invertébrés dont le corps mou est protégé par deux coquilles ou « valves » coriaces qui se referment l’une sur l’autre. L’anatomie de la moule est différente de ce que l’on est habitué d’observer : le corps se constitue de systèmes digestif, circulatoire, reproductif et nerveux rassemblés en une masse; il est dépourvu de pattes ou d’organes sensoriels comme les yeux. Il est également constitué de muscles qui servent notamment à garder les deux coquilles fermées. De plus, les moules sont munies d’un « pied » qui ressemble à une sorte de langue qu’elles utilisent pour se déplacer sur le substrat ou encore pour s’y enfouir.

En effet, malgré leur apparence, les moules sont bien vivantes et capables de se mouvoir. L’été dernier, lors d’une escapade en chalet aux abords du lac Bonny, dans les Laurentides, j’eus le plaisir de jouer allègrement dans le lac… dont les rives vaseuses étaient infestées de larges moules d’eau douce. Je n’en avais jamais vu autant! Le fond du lac était zébré de nombreux sillons formés par les moules en déplacement.

Orifice inhalent (bas) et orifice exhalent (haut)

Orifice inhalent (bas) et orifice exhalent (haut)

Sillons générés par les moules

Sillons générés par les moules

Aussi, je pus observer et filmer plusieurs moules alors qu’elles s’affairaient à filtrer l’eau. Les mulettes se nourrissent et « respirent » en aspirant l’eau par un orifice servant de siphon. Plus précisément, elles sont munies de branchies qui absorbent l’oxygène contenu dans l’eau et qui servent également à filtrer les débris en suspension dans l’eau. Ainsi, les moules sont considérés comme des filtreurs : animaux et plantes microscopiques, détritus variés, bref tout ce qui flotte dans la colonne d’eau devient le dîner de mesdames!

La filtration de l’eau est aussi utile dans le cadre du cycle reproducteur. C’est en filtrant l’eau que la moule femelle capte le sperme du mâle… À noter que j’ai appris (peut-être tout comme vous ici) que les sexes des mulettes québécoises sont séparés. Cela dit, le cycle reproducteur des moules est tout à fait intrigant! Le développement des embryons se fait dans la moule, mais les larves – les glochidiums – doivent être éjectées par la mère afin de parasiter des poissons. Pour s’assurer que ses rejetons ont toutes les chances de survie, la mère utilisera différents stratèges. Un de ceux-ci consiste à agiter, tel un pêcheur, un paquet de glochidiums retenu par un filament comme s’il s’agissait d’un leurre. Les poissons qui osent jeter un regard de plus près se feront projeter au visage un tas de petites larves, prêtes à y élire domicile. Une autre tactique est d’attirer les poissons prédateurs en brandissant un appendice qui ressemble à une proie. Une étonnante démonstration peut être visionnée dans cette vidéo tirée de YouTube. Pour les gens qui, comme moi, sont fascinés par l’évolution, cette vidéo vous intéressera sans aucun doute!

Ces stratégies ont toutefois leurs limites : non seulement les poissons doivent s’approcher suffisamment de la mère, mais l’espèce à laquelle ils appartiennent doit être compatible avec cette dernière. Néanmoins, les larves qui parviennent à s’accrocher passeront d’un à six mois sur l’hôte choisi. Après cette période de parasitisme, elles se laisseront tomber au fond du lac, où elles grandiront de façon très rapide pendant environ six ans. Si les conditions sont favorables, nos moules pourraient vivre quelques dizaines d’années, voire jusqu’à cent ans selon l’espèce.

Parlant de conditions favorables, les mulettes constituent des organismes particulièrement sensibles à la pollution du milieu qu’elles habitent, étant donné qu’elles filtrent les polluants qui se retrouvent dans la colonne d’eau. D’ailleurs, malgré leur présence historique dans nos eaux, il semble malheureusement que plusieurs moules soient en danger de disparition. Parmi les principaux suspects au banc des accusés, nommons la pollution organique liée aux différentes activités humaines (agriculture intensive, industries, rejets urbains, etc.), ainsi que la dégradation de l’habitat par l’érection de barrages qui modulent non seulement l’écoulement de l’eau, mais peuvent altérer les communautés de poissons-hôtes.

Coquilles recueillies aux abords du fleuve Saint-Laurent – elles sont de bonne taille!

Coquilles recueillies aux abords du fleuve Saint-Laurent – elles sont de bonne taille!

L’introduction des moules zébrées pose aussi un grave problème pour la diversité et l’abondance de nos grandes moules. La moule zébrée (famille des Dreissenidés) est une espèce exotique envahissante qui a en effet une capacité de colonisation que je qualifierais d’hallucinante! Selon une des sources consultées, la densité des moules zébrées dans le fleuve Saint-Laurent peut atteindre quelque 20 000 individus par mètre carré! Les pauvres mulettes, qui offrent une belle surface de colonisation, se retrouvent rapidement envahies et étouffées par ces concurrentes exotiques. L’ouvrage de Paquet et al. (2005) réfère à une étude dans la rivière Rideau, en Ontario, où les mulettes recueillies portaient en moyenne… 809 moules zébrées chacune!

Pour terminer, connaissez-vous le bateau-laboratoire de l’Université du Québec à Trois-Rivières baptisé Lampsilis? Quel est le lien avec la présente chronique, me direz-vous? Eh bien, j’ai eu l’honneur de faire partie du comité de sélection du nom de ce fameux bateau qui sillonne le Saint-Laurent à des fins de collecte de données scientifiques… et le nom qui lui fut donné tire son origine d’une moule! La moule Lampsilis (genre) donna également son nom au célèbre lac qui prit la place de la mer de Champlain lorsque les eaux salées devinrent douces. Ce serait notamment par la découverte des restes de moules Lampsilis éparpillés sur la terre ferme que les chercheurs auraient déterminé l’étendue géographique de cet ancien lac.

Si vous voulez en savoir plus sur les moules d’eau douce (il y en aurait encore beaucoup à dire), je vous conseille de jeter un coup d’œil aux différentes sources citées. En particulier, j’ai beaucoup aimé l’article rédigé par des collègues québécois travaillant au secteur Faune et publié dans le Naturaliste canadien (Paquet et al. 2005). Je m’en suis grandement inspirée pour vous concocter la présente chronique, car il était très riche en information et faisait un bel éclairage sur la situation des mulettes au Québec. Bonne lecture!

 

Vidéo 1. Lors de mon escapade au lac Bonny, j’ai observé, touché et… ri un peu des moules qui se refermaient rapidement lorsque je leur touchais (on peut m’entendre rire sur la vidéo)!

 

Pour en savoir plus

Cinq années de DocBébitte!

Le blogue DocBébitte célèbre aujourd’hui même ses noces de bois avec vous, chers lecteurs! Cinq années se sont écoulées depuis l’amorce de ce qui allait s’avérer être une expérience fort enrichissante. Apprendre tout en ayant le plaisir de partager mes découvertes : quoi de plus satisfaisant?

La dernière année aura peut-être été un peu plus difficile sur le plan personnel et les chroniques n’auront pas autant fusé qu’au courant des premières années, mais je compte continuer à vous divertir avec des chroniques sympathiques tant que j’en aurai le temps et l’énergie!

Je ne vous dirai jamais assez merci pour vos encouragements et votre soutien! Au plaisir de faire route ensemble pendant encore bien des années!

Caroline, alias DocBébitte

Noces de bois entre DocBébitte et ses lecteurs!

Noces de bois entre DocBébitte et ses lecteurs!

La cantharide de Pennsylvanie pour ma 250e publication!

C’est un grand plaisir d’amorcer cette 250e chronique DocBébitte en vous parlant d’un sujet choisi par vous-mêmes, chers lecteurs! Parmi les choix proposés, c’est la cantharide de Pennsylvanie (Chauliognathus pensylvanicus) qui a remporté le plus grand nombre de votes. Lançons-nous donc à la découverte de ce sympathique coléoptère!

Une de mes premières rencontres avec cette espèce… pourtant bien commune!

Une de mes premières rencontres avec cette espèce… pourtant bien commune!

Malgré mon intérêt pour les petites bêtes de ce monde, je n’ai fait la connaissance de la cantharide de Pennsylvanie que très récemment. C’est dans le cadre du concours de photographie DocBébitte de l’été 2016 qu’une photographie de cette bête fut soumise par mon père. Bien que je ne la connaissais point, il fut facile de déterminer l’espèce : de taille moyenne (9-12 mm), vivement colorée d’orange, la tête noire, ainsi que la moitié inférieure des élytres noire… Pas de doute, il s’agissait bel et bien d’une cantharide de Pennsylvanie!

Autre couple, autre année. Eh oui… encore en train de copuler, ces cantharides!

Autre couple, autre année. Eh oui… encore en train de copuler, ces cantharides!

Les cantharides, très mobiles, se retrouvent parfois dans le pétrin.

Les cantharides, très mobiles, se retrouvent parfois dans le pétrin.

Cela dit, une autre espèce retrouvée dans l’est de l’Amérique du Nord peut lui ressembler (Chauliognathus marginatus – voir cette référence sur Bug Guide). Or, la tête et le prothorax (segment situé immédiatement sous la tête) de ce second individu ont une forme et une coloration différentes; il suffit d’être attentif! Par ailleurs, cette espèce ne semble pas avoir une aire de répartition qui atteint le Québec, si je me fie aux sources consultées. En revanche, la cantharide de Pennsylvanie est commune au Canada et s’observe de l’Ontario jusqu’aux provinces de l’Atlantique. Son aire de répartition s’étend également au sud jusqu’au Texas (à l’ouest) et en Floride (à l’est).

Bref, je fis donc la connaissance de notre insecte-vedette en 2016, par le biais d’une photographie transmise par mon père. Curieuse, j’en profitai lors d’une visite chez mes parents au début du mois de septembre de la même année pour me balader dans les environs et je pus enfin rencontrer en personne cet insecte qui m’était inconnu… bien que pourtant fort commun! C’est le long d’un chemin de fer, bordé de très nombreuses plantes herbacées, que j’observai donc mes premières cantharides de Pennsylvanie. Celles-ci étaient très abondantes et, visiblement, en période de reproduction. Elles se voyaient par dizaines dans des plants de verges d’or (Solidago sp.), qui constitue d’ailleurs une de leur plante favorite!

Voyant ces fortes concentrations présentes à la fin de l’été sur les plants de verges d’or, il ne m’en fallut pas plus pour récidiver en 2017. Cette fois-ci, armée de deux appareils photo et enfourchant mon vélo près de mon ancienne demeure à Cap-Rouge, je fis la tournée… des bords de routes! Les rencontres furent fructueuses et inclurent également l’observation d’un bon nombre de punaises embusquées, elles aussi en période de reproduction (voir ce précédent article). Naturellement, il y avait des dizaines de cantharides de Pennsylvanie, toutes affairées à préparer la prochaine génération! Chaque individu semblait être désespérément à la recherche d’un partenaire et j’observais parfois des chamailles de mâles qui tentaient de s’accaparer une même femelle. Ce foisonnement d’individus d’espèces variées (je vous parlerai éventuellement des nombreux Meloidae aussi présents – des coléoptères à la somptueuse robe bleu-noir) était tout à fait emballant!

Destination de rêve pour un entomologiste! Les cantharides, entre autres, y sont bien présentes.

Destination de rêve pour un entomologiste! Les cantharides, entre autres, y sont bien présentes.

Outre le fait d’offrir un support à la reproduction, les verges d’or constituent une source de nourriture. En effet, nos coléoptères adultes se délectent du nectar de ces fleurs, ainsi que d’autres plantes herbacées présentes le long des routes, des boisés et dans nos champs, telles les asclépiades. Les larves, quant à elles, sont prédatrices. Elles s’affairent à croquer d’autres larves d’insectes, des œufs de locustes, ainsi que certaines espèces de chrysomèles.

Lors de ma petite enquête pour élaborer la présente chronique, j’appris un fait intéressant : la cantharide de Pennsylvanie est une espèce qui a été amplement utilisée dans le domaine de la recherche afin de mieux comprendre le polymorphisme chromatique, les comportements de reproduction, la dispersion et la génétique des insectes. Il s’agit donc d’un insecte bien connu des scientifiques qui aurait été examiné sous toutes ses coutures!

Pour terminer, j’ai réalisé, en devant écrire le nom latin de notre arthropode, que l’espèce « pensylvanicus » était épelée avec un seul n dans bon nombre de guides de références… mais pas tous! Confuse, je me demandais bien qui était dans l’erreur. Heureusement, j’appris lors de mes recherches que cette erreur typographique n’en serait pas une, puisqu’au moment où la cantharide de Pennsylvanie fut baptisée (en 1774, initialement sous le nom Telephorus pensylvanicus), il était encore courant d’écrire « Pensylvanie » avec un seul n. Me voilà rassurée!

 

Vidéo 1. Accouplement de cantharides de Pennsylvanie observé au début du mois de septembre 2016.

 

Pour en savoir plus