Pour en apprendre plus sur les invertébrés!
Facebook

DocBébitte en bref : l’araignée qui aime les caméras!

L’araignée qui ne voulait pas lâcher mon objectif!

L’araignée qui ne voulait pas lâcher mon objectif!

Il est bien connu que les vedettes hollywoodiennes cherchent à être sous les projecteurs. Qui aurait cru que les araignées recherchaient, elles aussi, une telle attention?

Elle s’y promène nonchalamment

Elle s’y promène nonchalamment

La revoilà, tout juste avant de s’élancer vers l’objectif de mon second appareil photo!

La revoilà, tout juste avant de s’élancer vers l’objectif de mon second appareil photo!

J’avais déjà constaté que les araignées sauteuses (famille Salticidae) ont la vilaine manie de sauter sur l’objectif de ma caméra quand je tente de les prendre en photo (voir ce billet). Habituellement, cependant, je parviens par la suite à croquer le sujet sur le vif sans trop de difficultés.

Toutefois, un petit mâle de l’espèce Eris militaris (une espèce très commune dont j’ai aussi parlé ici) me donna beaucoup de fil à retordre alors que je tentais de l’immortaliser sur photographie, la semaine dernière. Nous nous adonnâmes en effet à un petit manège où il sautait sur l’objectif de mon appareil photo, je le reprenais sur mon doigt (pour tenter à nouveau de le photographier), pour le voir  immédiatement resauter sur mon objectif… et ainsi de suite à 5 ou 6 reprises!

Voyant que je n’y arrivais pas, je jugeai bon de récupérer ma seconde caméra… où un manège semblable s’instaura : la petite bête ne cessait de sauter d’un objectif à l’autre! Je parvins néanmoins, de peine et de misère, à lui soutirer quelques clichés!

Je pris également cette sympathique vidéo, présentée ci-dessous, où l’on voit l’araignée sauter sur mon appareil photo… pour s’y admirer, peut-être? En effet, mon hypothèse est que l’araignée s’y voit et que, curieuse, elle tente d’enquêter sur l’identité de cet étranger en s’y approchant davantage. Qu’en pensez-vous?

 

Vidéo 1. Araignée sauteuse qui veut être « dans ma caméra »!

La gloutonnerie des larves de coccinelles!

Lors de la précédente publication DocBébitte, je vous ai offert de choisir le sujet de ma prochaine chronique. Vous êtes plusieurs lecteurs à avoir opté pour les larves de coccinelles.

Il est vrai que les coccinelles ont la cote. Voyantes, sympathiques et charismatiques, il s’agit d’un des premiers insectes que l’on apprend à connaître quand on est enfant. Pourtant, les larves et leurs mœurs sont nettement moins connues.

Au courant du dernier mois, j’ai eu l’occasion de capturer sur photos et vidéos quelques larves en pleine action. Je savais déjà que ces dernières constituaient de voraces prédateurs : voir ce billet, où je parle du fait qu’elles peuvent engouffrer jusqu’à 600 petits arthropodes sur un cycle de 20 jours! Or, je n’avais pas eu l’occasion de faire des observations de leur gourmandise par moi-même.

Je fus bien servie à la fin du mois de juin et début du mois de juillet cette année. Ma première observation fut fortuite. J’étais en train de photographier une larve de coccinelle asiatique immobile. Je ne portais pas attention au fait qu’il y avait un autre insecte qui déambulait tranquillement vers cette dernière… avant la toute dernière minute. Je me suis rendu compte de la présence dudit insecte (un puceron), à peine une ou deux secondes avant que la larve de coccinelle ne l’engouffre. Le mouvement de la larve fut si rapide que le puceron n’eut aucune chance de s’échapper. Je continuai alors de prendre des clichés, de même qu’une vidéo qui agrémente la présente chronique.

On voit que la coccinelle semble progressivement vider le puceron de ses fluides (celui-ci se « dégonfle » peu à peu au fur et à mesure qu’avance le temps). D’ailleurs, sur mes photographies, on peut voir une exuvie (squelette externe vide) de puceron sise pratiquement aux pieds de la larve… s’agissait-il de la carcasse d’une précédente proie complètement vidée de ses fluides?

Vidéo 1. Larve de coccinelle qui dévore un puceron. Vers le milieu de la vidéo, il y a une brève interruption (un chien qui passait derrière moi m’a fait sursauter en aboyant), mais je reviens rapidement à mon observation principale!

 

Larve de coccinelle asiatique que je photographiais

Larve de coccinelle asiatique que je photographiais

J’étais si concentrée que je n’ai vu le puceron approcher qu’à la dernière minute

J’étais si concentrée que je n’ai vu le puceron approcher qu’à la dernière minute

La larve captura le puceron en un clin d’œil

La larve captura le puceron en un clin d’œil

Après quelques minutes tout au plus, il ne restait que l’exosquelette du puceron entre les mâchoires de la coccinelle

Après quelques minutes tout au plus, il ne restait que l’exosquelette du puceron entre les mâchoires de la coccinelle

 

Ma seconde observation fut celle d’une larve bien installée sur son garde-manger. Bien qu’elle n’était pas en train de s’alimenter, la larve en question était au repos sur le dessus d’une feuille… dont le dessous était infesté de jeunes pucerons. Sur la seconde vidéo ci-dessous, je manipule la feuille afin de vous montrer le nid grouillant de pucerons.

Vidéo 2. Coccinelle qui a bien choisi son petit coin de repos! Vidéo prise à l’aide de mon iPhone (désolée pour la qualité, mais l’observation est néanmoins intéressante). Je fais quelques commentaires oraux, si vous souhaitez élever le volume!

 

Enfin, ma dernière observation m’intrigua particulièrement. J’avais lu que les larves de coccinelles étaient de voraces prédateurs d’une myriade d’invertébrés, mais il semble qu’elles se délectent également du nectar de certaines fleurs. C’est ce que je constatai sur la troisième vidéo ci-dessous. De nombreuses larves étaient affairées à siroter le nectar produit par de petits arbustes poussant le long du trottoir où j’habite. Je les ai observées attentivement, question de m’assurer qu’elles ne cherchaient pas plutôt à s’emparer d’insectes butineurs… mais il était clair qu’elles s’alimentaient bel et bien du contenu des petites fleurs! À ce qu’il semble, les espèces prédatrices de Coccinellidae complèteraient leur alimentation en se nourrissant de pollen.

Vidéo 3. Plusieurs larves se nourrissaient du nectar de ces fleurs.

 

Voilà qui termine ma petite incursion dans le fabuleux monde des larves de coccinelles! On dirait bien qu’elles sont toujours en train de manger, les gloutonnes!

Aviez-vous déjà effectué de telles observations?

 

Pour en savoir plus

Choix du lecteur pour démarrer juillet en beauté!

Je suis quelque peu affairée à planifier ma fin de semaine au prochain congrès de l’Association des entomologistes amateurs du Québec (AEAQ) qui, par ailleurs, s’avèrera elle aussi bien chargée. Je fais donc relâche de DocBébitte pour une semaine ou deux.

Entre temps, je pensais bon vous laisser voter pour le sujet à exploiter lors de ma prochaine chronique. Comme les observations entomologiques abondent depuis les dernières semaines, je ne suis pas à court de suggestions. Voici donc trois choix qui s’offrent à vous:

1)    Combat épique entre un tout petit staphylin et un gros ver de terre!
2)    La gloutonnerie des larves de coccinelles.
3)    Un sympathique petit charançon qui aime le chardon!

À vous de jouer!

Vous pouvez me faire part de votre choix dans la section « Commentaires » liée au présent billet ou encore en vous joignant à la page Facebook DocBébitte.

Trois sujets intrigants. Lequel choisirez-vous?

Trois sujets intrigants. Lequel choisirez-vous?