Pour en apprendre plus sur les invertébrés!
Facebook

Je veux pour Noël un livre sur les invertébrés! Partie 4.

Deux beaux livres à offrir (ou à s’offrir) pour le temps des fêtes!

Deux beaux livres à offrir (ou à s’offrir) pour le temps des fêtes!

Pas plus tard qu’hier, Facebook m’affichait un rappel portant sur un article que j’avais écrit l’an dernier et qui donnait des suggestions de livres entomologiques à se procurer pour Noël. Cela m’a donné envie de renchérir cette année avec quelques propositions supplémentaires. Étant donné que j’affectionne beaucoup les livres, je m’en suis procuré quelques-uns de plus au courant de l’année 2017.

Dans le présent billet, je vous brosse donc un bref portrait de deux livres que j’ai sélectionnés – dont un tout nouveau qui a paru au printemps 2017.

Si vous souhaitez avoir une plus grande palette de choix de livres à offrir, vous pouvez vous référer aux articles que j’avais publiés les années passées (cliquer sur ce lien pour la chronique « Partie 3 » qui donne également les liens vers les parties 1 et 2).

Exemple de fiche pour le longicorne noir – Tiré de Insectes des arbres du Québec

Exemple de fiche pour le longicorne noir – Tiré de Insectes des arbres du Québec

Premier extrait tiré de Tracks & sign of Insects and Other Invertebrates : Cocons et chrysalides

Premier extrait tiré de Tracks & sign of Insects and Other Invertebrates : Cocons et chrysalides

Second extrait tiré de Tracks & sign of Insects and Other Invertebrates : dommages sur le feuillage

Second extrait tiré de Tracks & sign of Insects and Other Invertebrates : dommages sur le feuillage

J’amorce la chronique avec un ouvrage québécois tout frais sorti du four! Il s’agit de Insectes des arbres du Québec par Hébert et al. (2017). Ce document présente des fiches pour 116 groupes d’insectes, lesquelles sont organisées en fonction du type d’arbre (conifère ou feuillu) et des parties de l’arbre affectées (feuillage, pousses ou rameaux, tronc ou branches, ainsi que collet ou racine).

Chaque fiche est agrémentée de photographies représentant l’adulte et/ou les larves, ainsi que les types de dommages causés par les insectes. Les fiches offrent aussi des illustrations permettant d’en apprendre plus sur le cycle vital, l’aire de répartition et les différentes plantes hôtes dont l’insecte se délecte.

Ce qui me plait de ce bouquin, c’est que l’on peut y trouver de bonnes photographies de larves d’insectes xylophages qui sont autrement plutôt difficiles à trouver dans des ouvrages plus généralistes – les adultes constituant souvent le stade le plus représenté. Les différentes figures et les textes qui composent chaque fiche aident également à mieux comprendre l’écologie des organismes recherchés.

Le second livre que je vous suggère date de 2010. Il s’intitule Tracks & sign of Insects and Other Invertebrates (Eiseman et Charney 2010). Vous êtes entomologistes amateurs et êtes aussi curieux d’en apprendre sur les insectes en personne que sur leurs traces une fois qu’ils se sont volatilisés? Cet ouvrage est pour vous! En effet, ce livre permet de reconnaître de nombreux insectes à partir de leurs œufs, exuvies et cocons. Il permet aussi de les retracer en examinant leurs traces de pas, leurs excréments ou encore les dommages laissés à la suite de leur passage. Le parasitisme, les fongus et les effets sur les humains sont également abordés.

Tracks & sign of Insects and Other Invertebrates permet d’élargir nos horizons et d’aller au-delà de l’insecte « physique ». Il permet de mieux comprendre et documenter les observations entomologiques connexes comme les feuilles endommagées, les troncs d’arbres percés ou les insectes qui semblent morts à la suite d’une cause obscure.

Tout comme pour Insectes des arbres du Québec, il s’agit d’un bel ouvrage à offrir en cadeau… que ce soit à un proche ou à nous-mêmes! En outre, avec les deux documents décrits ci-dessus, les curieux seront repus! Joyeuses fêtes 2017 et bonne lecture!

 

Pour en savoir plus

  • Eiseman, C. et N. Charney. 2010. Tracks & sign of Insects and Other Invertebrates. 582 p.
  • Hébert, C., B. Comptois et L. Morneau. 2017. Insectes des arbres du Québec. 299 p.

Des arachnides sous l’eau

Plus tôt cet été, je vous avais brièvement relaté un fantastique épisode dans le cadre duquel j’avais pu patauger à volonté dans quelques lacs et rivières de la région des Laurentides (cette capsule). Je vous avais alors promis de vous parler plus en détail de quelques-uns des invertébrés rencontrés.

Chose promise, chose due, je compte aujourd’hui vous entretenir au sujet d’un tout petit arachnide aquatique peu connu de la population générale. Si vous êtes toutefois amateur de la photographie d’insectes, vous avez peut-être déjà vu cette bête accrochée à quelques spécimens d’envergure comme des libellules. Notre invertébré vedette est, en fait, une « mite d’eau » – nommée Hydrachnidia ou Hydracarina. À noter que, selon Voshell (2002), ces deux termes ne représentent pas un groupe taxonomique précis et ont été conçus par des entomologistes afin de pouvoir mieux désigner ce vaste groupe composé d’individus aux mœurs variées. En outre, ils regroupent l’ensemble des acariformes aquatiques.

Les hydracariens peuvent être très petits

Les hydracariens peuvent être très petits

Ce spécimen, plus gros, était un bon nageur (voir la vidéo 1 ci-dessous)

Ce spécimen, plus gros, était un bon nageur (voir la vidéo 1 ci-dessous)

Les mites d’eau sont très abondantes dans les milieux d’eau douce. Or, leur taille généralement petite (moins de 1 mm à 7 mm) fait en sorte qu’elles passent inaperçues. Ces minuscules arachnides peuvent se mouvoir avec aise dans la colonne d’eau, certaines espèces étant plus habiles à la nage que d’autres. Avec huit pattes pour se propulser, plusieurs sont en mesure de se déplacer rapidement, comme en témoignent les vidéos que j’ai prises et qui accompagnent le présent billet. Les espèces moins « sportives », quant à elles, déambulent paisiblement sur le substrat au fond des lacs et rivières, ainsi que le long des plantes submergées… ou encore se creusent un nid douillet sous les sédiments déposés au fond de l’eau.

Ces organismes se reconnaissent facilement, pourvu qu’ils se laissent observer! Leur corps est majoritairement constitué d’un gros abdomen bien rond, le céphalothorax étant pratiquement imperceptible. Huit pattes sont visibles (six seulement chez les larves), ainsi que deux pédipalpes protubérants situés à l’avant de la tête. Ils peuvent être de coloration variable. Certains portent le brun ou le noir pour bien se fondre à leur environnement. D’autres arborent des couleurs plus vives comme le rouge, l’orange, le jaune, le vert ou le bleu. Les sources consultées suggèrent que le rouge vif serait synonyme d’un goût désagréable, faisant en sorte que les individus portant cette couleur seraient moins sujets à la prédation par les poissons.

Comme tout arachnide digne de ce nom, nos mites sont munies de chélicères armées de crocs, qui servent à percer les tissus et siroter les fluides de divers animaux et plantes. Les différentes espèces d’hydracariens présentent un comportement alimentaire fort varié : herbivores, prédateurs, collecteurs-filtreurs, charognards, toute méthode est bonne! Certaines constituent des parasites externes d’autres insectes. Fait intéressant, quel que soit le mode d’alimentation des adultes, toutes les larves s’avèrent être des parasites d’invertébrés aquatiques. Ces dernières s’accrochent à une pléiade d’insectes, notamment les libellules, les punaises d’eau géantes, les plécoptères, les corises et les dytiques, que l’on peut plus facilement observer. Elles s’attaquent aussi à maintes larves d’insectes aquatiques (entre autres maringouins et chironomes), crustacés et mollusques qui demeurent tapis sous l’eau et qui sont, par conséquent, moins connus. J’ai, pour ma part, photographié quelques individus cramponnés à des demoiselles (Odonata), ainsi qu’à une punaise d’eau du genre Belostoma.

Voyez-vous les nombreuses mites accrochées à l’abdomen du mâle?

Voyez-vous les nombreuses mites accrochées à l’abdomen du mâle?

Plusieurs mites parasites étaient fixées sur cette punaise

Plusieurs mites parasites étaient fixées sur cette punaise

Le parasitisme associé aux mites d’eau semble jouer un rôle important dans la régulation des populations de divers organismes aquatiques. Dans les milieux où elles sont foisonnantes, elles contribueraient à diminuer de façon notable l’abondance de leurs proies préférées. Aussi, les larves d’insectes fortement touchées peuvent, une fois émergées en tant que femelles, être suffisamment affaiblies de sorte à pondre un moins grand nombre d’œufs. Naturellement, le taux de survie des individus vivement assaillis diminue au fur et à mesure qu’augmente l’intensité du parasitisme.

Les mites d’eau sont retrouvées dans des milieux aquatiques fort variés où elles prolifèrent en grande abondance. Selon Thorp et Covich (2001), un seul mètre carré de substrat localisé dans la zone littorale bien fournie en végétation aquatique d’un lac eutrophe (état de santé d’un lac qui s’avère enrichi par la matière organique, les algues et les plantes) peut soutenir jusqu’à quelque 2000 individus – un minimum de 25 genres et de 75 espèces! C’est en nageant parmi les herbiers poussant à un mètre de profondeur aux abords d’un petit lac l’été dernier que je pus en effet filmer quelques individus en action et les capturer pour mieux les examiner (tous ont ensuite été relâchés sans dommage!). C’était vraiment étonnant de voir de petites taches rouges se déplacer rapidement autour de moi sous l’eau.

Les rivières ne sont pas en reste : toujours selon Thorp et Covich (2001), le substrat rocheux des ruisseaux et des rivières à courant rapide s’avère, lui aussi, un habitat de choix. Un mètre carré de ce substrat peut comprendre 5000 spécimens appartenant à plus de 30 genres et 50 espèces. C’est donc dire que ces petites bêtes sont omniprésentes!

La capacité des invertébrés à respirer sous l’eau constitue un sujet qui m’a toujours fascinée (voir cette chronique). Les tactiques employées par les invertébrés aquatiques (quels qu’ils soient), sont multiples, incluant l’utilisation de tubes respiratoires, de branchies externes et de branchies cachées dans une chambre où l’eau peut circuler. Chez les hydracariens, la respiration s’effectue simplement par diffusion de l’oxygène contenu dans l’eau à travers les parois de l’exosquelette. Chez les individus munis d’un exosquelette plus rigide, on peut noter la présence de pores dispersés au travers des « plaques » qui facilitent davantage la diffusion des gaz.

Bien que l’été nous ait déjà quittés depuis un petit moment, j’ai une suggestion d’activité que vous pourriez mettre à votre agenda lorsque la chaleur sera de retour (ouf, je ne passerai pas l’hiver si j’ai déjà hâte à l’été prochain!). En effet, je vous propose de vous munir de lunettes de plongée et d’un tuba afin de sillonner les herbiers de plantes aquatiques qui jonchent le littoral d’un lac que vous aurez choisi (pour des suggestions, vous pouvez toujours communiquer avec moi!). En ouvrant l’œil attentivement, vous devriez pouvoir observer quelques hydracariens se déplaçant habilement dans la colonne d’eau… et peut-être même plus!

 

Vidéo 1. Cet été, je me suis amusée à donner quelques coups de filet dans un lac des Laurentides (lac Bonny). On peut d’abord voir une mite d’eau rouge nager dans un petit contenant. Ensuite, je vous transporte vers un bol plus gros contenant de nombreuses mites qui se déplacent vivement. Le bol représente le contenu de quelques coups de filet donnés en zone littorale du lac.

 

Vidéo 2. Mite d’eau capturée dans le lac Cromwell à l’été 2017, sur le territoire de la Station de Biologie des Laurentides. Celle-ci est brune.

 

Vidéo 3. Lors d’une petite sortie en apnée, j’ai pu filmer ces deux mites rouges à la nage, au fond du lac. La mise au point n’est pas idéale (difficile de garder sa stabilité dans une masse d’eau en mouvement!), mais l’on peut bien voir les deux « points » rouges se mouvoir.

 

Pour en savoir plus

  • Bug Guide. Hydrachnidia – Water Mites. https://bugguide.net/node/view/729566
  • Moisan, J. 2010. Guide d’identification des principaux macroinvertébrés benthiques d’eau douce du Québec, 2010 – Surveillance volontaire des cours d’eau peu profonds. 82 p. Disponible en ligne : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/eau/eco_aqua/macroinvertebre/guide.pdf
  • Thorp, J.H., et A.P. Covich. 2001. Ecology and Classification of North American Freshwater Invertebrates. 1056 p.
  • Voshell, J.R. 2002. A guide to common freshwater invertebrates of North America. 442 p.