Pour en apprendre plus sur les invertébrés!
Facebook

Un beau gros papillon

Au début du mois de juin, je partageais avec vous sur la page Facebook DocBébitte quelques photographies d’une saturnie cécropia qui venait tout juste d’émerger d’un cocon que j’avais en ma possession. Chose promise, chose due, j’en suis maintenant à vous raconter l’histoire derrière le fort beau et gros lépidoptère présenté sur ces clichés.

Cécropia 1

Une surprise m’attendait à mon retour du boulot le 2 juin dernier

Cécropia 2

Un aquarium vide et quelques éléments de plus suffisent pour former un habitat d’émergence

Cécropia 3

Ce papillon est docile et s’est laissé manipuler abondamment

L’histoire commence au Salon des insectes de Montréal le 31 octobre dernier, où je me fis offrir un cocon de saturnie cécropia (Hyalophora cecropia) par M. Dave Clermont de la ferme Gaïa Nature, accompagné d’une fiche « FAQ sur les trousses d’émergences – Saturniidaes ». C’était la première fois que j’avais l’occasion « d’élever » – en toute petite partie, certes – un papillon. Le cocon en main, il ne me restait plus qu’à entreposer ce dernier au froid, dans ma remise, et d’attendre que le printemps revienne pour pouvoir assister à la « naissance » du papillon en question.

Je mis le cocon dans un pot Masson, lui-même disposé dans une poubelle en métal où je garde les graines d’oiseaux, étant donné que ma remise est assiégée l’hiver par des souris. Mignonnes… mais dévastatrices! À ce qu’il paraît, mon cocon aurait pu servir de repas à ces dernières s’il n’avait pas été protégé.

Le cocon des saturnies cécropia est de couleur brunâtre et il se camoufle bien avec la végétation hivernale (branches et brindilles). D’ailleurs, il est habituellement bien fixé aux branches d’une plante-hôte. Ceci est visible sur la photographie du cocon que j’ai prise (galerie photo et vidéo ci-dessous). Pour ce qui est du contenu du cocon, il est surprenant… Outre l’exosquelette de la chrysalide que le papillon a laissé derrière lui, on retrouve aussi sa vieille peau de chenille. Celle-ci est écrasée en un petit disque, un peu à l’instar d’une pièce de vêtement qu’on aurait laissé s’échouer par terre après l’avoir enlevée. C’est en fait ce qui s’est passé : la vieille peau a été délaissée!

Une fois le printemps venu, je m’affairai à préparer une petite volière dans laquelle mon papillon allait pouvoir émerger. Suivant quelques recommandations de collègues entomologistes, je préparai la petite habitation de mon futur colocataire. Essentiellement, il me fallait attacher le cocon afin de permettre au papillon de s’accrocher et de se faire sécher les ailes convenablement, recouvrir le fond de l’habitat avec du papier journal, puis m’assurer que le papillon était en mesure de remonter vers le haut de la « cage » s’il tombait au fond de cette dernière – ce que je fis en insérant trois branches allant du fond de l’abri jusqu’au grillage qui lui servait de couvercle. Le papier journal, quant à lui, servait à recevoir les fluides éjectés par le papillon après son émergence. Ceux-ci se nomment le « méconium ». Selon Gaïa Nature, il s’agit du liquide résiduel de la transformation complexe du papillon alors qu’il est dans sa chrysalide. Une fois émergé, donc, le papillon éjecte de son arrière-train ce liquide en surplus.

Deux semaines et demie se sont écoulées entre le moment où je sortis le cocon de la remise et celui où le papillon fit son apparition. C’est le jeudi 2 juin que j’eus le loisir de constater, une fois de retour du travail, que j’avais un beau papillon tout neuf à la maison! Ce dernier se faisait sécher les ailes; on peut d’ailleurs voir sur la première vidéo ci-dessous une gouttelette rougeâtre perler sur ses ailes encore un peu fripées. Afin d’éviter de l’abîmer, j’attendis au lendemain avant de le manipuler. C’est le surlendemain, un samedi de congé, que je pus me charger de relâcher l’individu à la brunante. Je pus ainsi voir « mon » cécropia prendre son envol et disparaître derrière le boisé qui borde ma cour.

Cécropia 4

La saturnie cécropia est de bonne taille

Cécropia 5

Antennes plumeuses et absence de rostre sont ici visibles

Cécropia mue chenille

La vieille « peau » de la chenille était présente dans le cocon

Selon Gaïa Nature, les papillons Saturniidae ont une durée de vie moyenne de deux à trois semaines. Je peux donc espérer que ma saturnie cécropia aura eu le temps de se trouver une femelle à proximité afin de compléter son cycle de vie! Fait intéressant, les individus appartenant à cette famille ne se nourrissent pas après s’être métamorphosés. Ils utilisent plutôt les réserves qu’ils se sont constituées alors qu’ils étaient encore des chenilles. On voit d’ailleurs sur les photographies que le papillon ne possède pas de rostre – l’appendice qui ressemble à une trompe – comme c’est le cas chez les autres groupes de lépidoptères.

L’individu que j’ai eu le plaisir de voir évoluer était un mâle. On le reconnaît sur les photographies par ses grandes antennes plumeuses. La femelle possède également des antennes plumeuses, mais ces dernières sont de moins grande envergure. Les larges antennes des mâles leur servent à capter les phéromones émises par les femelles. Ces dernières « appellent » typiquement les mâles entre 3h30 et 5h du matin. C’est qu’elles sont matinales, ces dames! Aussi, les mâles parviennent à capter ces signaux d’une distance allant d’un demi à un kilomètre à la ronde. Quel flair!

La chenille de la saturnie cécropia ne fait pas la fine bouche et se nourrit d’une vaste palette d’arbustes et d’arbres décidus : érable, bouleau, tremble, chêne, saule, frêne, peuplier, amélanchier, arbres à fruits divers, etc.! Elle est spectaculaire : faisant de 8 à 10 cm de longueur, elle est munie de protubérances colorées ornées de petites épines noires (voir ces photos sur LesinsectesduQuébec.com). Elle marie à merveille le vert, le bleu, le jaune et l’orange.

Ce n’est pas une surprise si la chenille devient aussi grosse : elle se fait précurseure du plus gros papillon retrouvé en Amérique du Nord! Avec son envergure maximale de 15,2 centimètres, notre saturnie cécropia écrase effectivement toute compétition. Bien sûr, quelques collègues Saturniidae s’en approchent, comme le Polyphème d’Amérique (jusqu’à 15 cm selon Beadle et Leckie 2012). Il n’en demeure pas moins que notre sympathique cécropia sait se faire remarquer!

Selon les sources consultées, beaucoup de chenilles et de chrysalides sont parasitées et ne se rendent pas au stade adulte. Selon Wagner (2005), c’est en particulier une mouche de la famille Tachinidae (Compsilura concinnata), initialement introduite pour contrôler la spongieuse (Lymantria dispar – voir cette chronique), qui fait beaucoup de dommages. Ce dernier relate un taux de parasitisme de 82% dans une étude conduite dans une forêt du Massachusetts. Toujours selon ce dernier, les cécropias seraient en déclin pour cette raison.

Malgré cette tache plus sombre au tableau, notre insecte-vedette serait encore un papillon relativement commun, quoique généralement observé en faible nombre à la fois. Il ne craint pas les milieux urbains ou pollués et peut, par conséquent, être observé tant en pleine ville que dans des secteurs boisés, voire forestiers. De même, il peut être attiré par les lumières de nos chaumières le soir venu. Il ne vous reste donc plus qu’à ouvrir l’œil pour voir passer ce plus gros de nos papillons!

 

Galerie photo et vidéos

Vidéo 1. Saturnie cécropia fraîchement émergée de son cocon.

Vidéo 2. Même individu dans ma main.

Vidéo 3. Dernière vidéo une fois dehors, avant l’envol.

Cécropia 7

Vue faciale

Cécropia 8

Dernière photographie prise à l’extérieur, avant l’envol!

Cocon Cécropia 1

Cocon

Cocon Cécropia 2

De gauche à droite : cocon, mue de la chenille et chrysalide

Pour en savoir plus

DocBébitte en bref : rencontre avec un ver gordien (Nematomorpha)

En ce début de saison estivale, je me retrouve à effectuer beaucoup plus de découvertes entomologiques que j’ai de temps pour vous les partager! J’ai donc pensé bon entrecouper mes chroniques habituelles avec de plus courtes capsules liées à l’observation de faits inusités. J’espère que vous apprécierez cette nouvelle formule après trois années et demie de DocBébitte!

J’ouvre le bal avec une observation réalisée cet après-midi même. En ce samedi ensoleillé, je me suis offert une sortie entomologique à marée basse. Cherchant nymphes de libellules et d’éphémères, j’étais loin de me douter que j’allais faire la rencontre d’un ver gordien (Nematomorpha). Ce dernier se tortillait au soleil, probablement surpris par la baisse des eaux. Je pus prendre des photographies et des vidéos de la bête, dont quelques-unes que je vous partage ci-dessous.

Je vous avais déjà décrit plus longuement ce groupe d’invertébré dans cette chronique que vous pourrez lire si le cœur vous en dit!

Dernier mot: cœurs sensibles s’abstenir! Oui, il s’agit bien de ces fameux « vers » parasites que l’on peut voir s’extirper de toute leur longueur hors d’araignées et de mantes religieuses!

Nematomorpha_Marée basse 1

Nématomorphe observé

Nematomorpha_Marée basse 2

Ma main à proximité donne une idée de sa longueur

Vidéo 1. Nématomorphe dans un bol que j’avais amené spécialement pour l’observation d’invertébrés aquatiques. Je ne me doutais pas que j’allais croiser ce type d’insecte.

Vidéo 2. Même individu que je remets à l’eau. Regardez comment il nage!

Un trichoptère nymphe des eaux

À la fin du mois de mai, j’ai eu le plaisir de participer à une formation sur l’identification de macroinvertébrés d’eau douce offerte conjointement par le Groupe d’éducation et d’écosurveillance de l’eau (G3E) et le Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC). Mon objectif était de me mettre à jour et d’entendre les bons conseils que les responsables avaient à nous donner pour faciliter l’identification de certains spécimens.

Hydropsychidae Macrostemum

Hydropsychidae (genre Macrostemum) observé sous le stéréomicroscope lors de ma formation

CAGillis_Hydropsychidae_Fin

Ce superbe cliché d’un Hydropsychidae a été soumis au concours de photographie 2015 par Mme Gillis

Outre l’identification d’invertébrés en tant que telle, la formation initiait les participants au tri d’échantillons d’invertébrés entremêlés à des algues, roches et compagnie. Le tri était en soi un travail de moine et consistait à distinguer et collecter de toutes petites bêtes qui ressemblaient parfois à s’y méprendre aux débris auxquels elles étaient mêlées. L’échantillon que j’avais entre les mains était truffé de larves de deux familles d’insectes : des chironomes, dont j’ai déjà parlé dans cette précédente chronique, ainsi que des trichoptères de la famille Hydropsychidae. C’est en voyant passer un Hydropsychidae après un autre que je me suis dit qu’il s’agirait d’un bon sujet sur lequel vous entretenir lors de ma prochaine chronique. Difficile de penser à autre chose lorsqu’on voit défiler des dizaines d’insectes du même type en une heure!

Les Hydropsychidae constituent sans contredit l’une des familles d’insectes aquatiques dont on retrouve le plus fréquemment des larves dans nos rivières du Québec méridional. Les larves ressemblent plutôt à des chenilles avec leur abdomen long et mou – trait caractéristique de l’ordre des trichoptères. Elles se distinguent cependant des autres familles de trichoptères par leurs trois segments thoraciques munis de plaques dures, ainsi que par leur abdomen dont la face ventrale est couverte de branchies filamenteuses que Moisan (2010) qualifie de « semblables à de petits arbres ». Comme certains l’ont reconnu, c’est d’ailleurs cet attribut qui était présenté sur la photographie de la dernière devinette.

Pourquoi retrouve-t-on ce groupe fréquemment dans nos rivières? Premièrement, les larves de cette famille sont passablement tolérantes à la pollution et l’on peut les observer tant dans les cours d’eau faiblement dégradés que dans les cours d’eau plus perturbés. Selon Hauer et Lamberti (2007), leur cote de tolérance se situe à 4 sur 10, ce qui s’avère moyennement tolérant. Je soupçonne cependant que cette cote est plus élevée : lors de mes études, il m’est arrivée à plusieurs reprises d’observer des Hydropsychidae dans des sites très dégradés – c’est-à-dire localisés dans des milieux urbanisés et affectés par des rejets d’égouts. À ces sites, la faune invertébrée était extrêmement dégradée et il ne persistait souvent que des chironomes et une poignée de trichoptères (Hydropsychidae) et d’éphémères (Baetidae) tolérants.

Cela m’amène à vous parler de la deuxième raison pour laquelle les Hydropsychidae sont probablement abondants dans nos rivières : ils sont des collecteurs-filtreurs et peuvent se nourrir d’une vaste palette de détritus animaux et végétaux. Leur adaptabilité est par conséquent sans doute élevée – ce sont des généralistes qui profitent des différentes sources de nourriture, quelles qu’elles soient. Voshell (2002) précise justement que certaines espèces moins sensibles à la pollution vont proliférer dans les milieux enrichis par les nutriments (azote, phosphore) et la matière organique provenant d’eaux usées ou agricoles, puisque ces caractéristiques augmentent la quantité de nourriture en suspension et favorisent nos trichoptères.

Par ailleurs, j’avais aussi noté, lors de mes études, une forte abondance d’Hydropsychidae dans des sites situés en aval de barrages. En fait, leur comportement alimentaire explique également pourquoi ils s’observent en grand nombre dans ces milieux : les barrages engendrent de vastes réservoirs où l’eau ralentit. Cette stagnation est notamment propice à la prolifération d’algues et de microorganismes qui se retrouveront par la suite coincés dans la toile des Hydropsychidae situés en contrebas du barrage. L’abondance des trichoptères s’en retrouve rehaussée, à un point tel que Voshell (2002) relate un cas où la densité d’Hydropsychidae mesurée en aval d’un barrage explosait à 47 000 larves par mètre carré! Exceptionnel, n’est-ce pas?

Il y a quelques instants, je vous parlais d’aliments qui se retrouvent agglutinés dans une toile… Comment ça, une toile, me direz-vous? Eh oui, ces sympathiques insectes aquatiques tissent des toiles à l’entrée de leur retraite, à l’instar des araignées. Le courant s’engouffre autour de la retraite et les particules qu’il amène demeurent collées à la toile, offrant un dîner gratuit.

Fait intéressant, j’avais déjà vu une étude qui examinait si la présence de divers polluants dans l’eau pouvait affecter l’habileté des Hydropsychidae à tisser. Le résultat était étonnant : les toiles, au lieu d’être savamment tricotées, devenaient chaotiques lorsque le trichoptère était exposé à des contaminants. Cela fait le parallèle avec les études sur les araignées qui démontraient, elles aussi, l’effet de perturbateurs sur la capacité des araignées à tisser des toiles (j’en parle ici). Malheureusement, je n’ai pas été en mesure de retrouver l’étude sur les trichoptères pour vous citer la référence – si jamais vous mettez la main dessus, n’hésitez pas à me le signaler!

Hydropsychidae_Détails

Caractéristiques permettant de distinguer une larve d’Hydropsychidae

Trichoptère adulte

L’espèce Macrostemum zebratum arbore des zébrures distinctes

Étant donné que les larves comptent sur le courant pour leur amener leur repas, celles-ci se retrouvent davantage dans des milieux où le courant est présent (moyen à rapide, je vous dirais). Souvent, il s’agit de seuils où il est facile de descendre en bottes-salopettes. C’est en soulevant des roches (généralement 10 centimètres de diamètre en montant) dans ce type de milieu que vous pourrez les observer. Avis à ceux qui veulent partir à leur recherche!

Les trichoptères subissent une métamorphose complète. Cela signifie qu’ils se transformeront en pupe avant de devenir un adulte ailé qui complètera son cycle de vie hors de l’eau. Les larves matures se construisent un abri fermé au sein duquel elles tisseront leur cocon. Lorsque la pupe aura terminé son développement, elle se fraiera un chemin vers la surface pour émerger.

L’adulte Hydropsychidae s’observe, comme vous pouvez vous l’imaginer, près des cours d’eau où évoluent les larves. Il ressemble à un petit papillon dont les ailes sont repliées en toile par-dessus le corps. La coloration des adultes est souvent brune ou beige, mais l’espèce Macrostemum zebratum arbore des motifs qui la distinguent des autres trichoptères. C’est d’ailleurs en me renseignant aux fins de la présente chronique que je réalisai que j’avais photographié cette espèce il y a deux ans, lors d’un séjour à Montréal. Alors en promenade aux abords du fleuve Saint-Laurent, nous étions assaillis par des essaims de centaines de ces trichoptères. M. zebratum revêt en effet des zébrures typiques d’un beige jaunâtre superposées sur un fond plus foncé. L’espèce est commune dans les grandes rivières et c’était le cas, visiblement, de ce secteur du fleuve Saint-Laurent.

Pour terminer, je ne connaissais pas la signification du nom de cette famille d’insectes avant d’écrire la présente chronique. J’ai appris que le terme Hydropsychidae signifie « nymphe de l’eau », soit du grec « hydor » (eau) et « psyche » (âme). À ce qu’il semble, selon la mythologie grecque, Psyche était une belle nymphe immortelle. Un nom fort poétique pour notre petit trichoptère, n’est-ce pas?

Pour en savoir plus

  • Bug Guide. Family Hydropsychidae – Netspinning Caddisflies. http://bugguide.net/node/view/45092
  • Bug Guide. Species Macrostemum zebratum – Zebra Caddisfly. http://bugguide.net/node/view/13141
  • Hauer, F.R. et G.A. Lamberti. 2007. Methods in stream ecology. 877 p.
  • Marshall, S.A. 2009. Insects. Their natural history and diversity. 732 p.
  • Merritt, R.W. et K.W. Cummins. 1996. Aquatic insects of North America. 862 p.
  • Moisan, J. 2010. Guide d’identification des principaux macroinvertébrés benthiques d’eau douce du Québec, 2010 – Surveillance volontaire des cours d’eau peu profonds. 82 p. Disponible en ligne : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/eau/eco_aqua/macroinvertebre/guide.pdf
  • Thorp, J.H., et A.P. Covich. 2001. Ecology and Classification of North American Freshwater Invertebrates. 1056 p.
  • Voshell, J.R. 2002. A guide to common freshwater invertebrates of North America. 442 p.

Dans l’œil de mon microscope : la forêt miniature

Certains insectes possèdent des caractéristiques qui évoquent des objets connus, ce qui peut faciliter la description des attributs en question dans les guides d’identification. C’est le cas de notre individu observé sous le stéréomicroscope : ce dernier possède des touffes sur la partie ventrale de son abdomen que certains auteurs – que je ne nommerai que dans la chronique de la semaine prochaine pour ne pas vous donner d’indices – qualifient de « petits arbres ».

De quel type d’insecte s’agit-il?

Vous pouvez répondre à cette devinette en vous joignant à la Page Facebook DocBébitte ou encore en inscrivant votre réponse dans la section « Commentaires » de la présente chronique. L’invertébré-mystère vous sera dévoilé lors de la prochaine publication DocBébitte!

Devinette 2016-06-07

Une forêt d’arbustes longe l’abdomen de cet insecte

4e concours amical de photographies d’invertébrés du Québec

C’est un plaisir d’être parmi vous pour une quatrième saison estivale! Encore une fois cette année, je souhaite encourager les photographes amateurs comme vous et moi à nous faire découvrir leurs coups de cœur entomologiques.

Le concours en est un amical notamment parce que ce sont les lecteurs de DocBébitte qui seront invités à voter. Le « prix » en est également un fort simple : la photo élue favorite du public se verra mise en vedette dans le cadre d’une chronique qui portera sur l’invertébré en question.

Vous pouvez jeter un coup d’œil aux gagnants des années passées :

 

Comment participer?

Tout d’abord, il y a quelques règles à suivre :

  • Les invertébrés doivent avoir été photographiés au Québec ou doivent être retrouvés au Québec (aire de répartition qui inclut le Québec);
  • S’il y a des personnes que l’on peut reconnaître sur vos photographies, assurez-vous d’avoir leur accord avant de me transmettre ces dernières, car elles se retrouveront sur Internet;
  • Les photographies n’ont pas besoin d’avoir été prises à l’été 2016. Vous pouvez fouiller dans vos archives!

Ensuite, vous pouvez transmettre vos clichés en suivant ces instructions :

  • Un maximum de trois photographies par personne peut être soumis;
  • La résolution minimale des photographies doit être suffisante (1200 x 1600 pixels et plus est suggéré);
  • Fournir, pour chaque photo soumise, les informations suivantes :
    • Prénom et nom de l’auteur de la photographie;
    • Endroit où la photo a été prise (exemple : Trois-Rivières, Québec);
    • Si vous connaissez déjà le nom de l’invertébré en question, SVP l’indiquer.
  • Si vous possédez déjà une signature personnalisée, l’apposer sur vos photos avant de me les transmettre. Sinon, je me chargerai d’ajouter votre nom sur ces dernières;
  • Transmettre vos photos à info@docbebitte.com d’ici le 26 août 2016.

 

Photographies soumises

Votre photo a reçu le plus de votes? Je m’engage à publier une chronique entière consacrée à l’invertébré « croqué » sur le vif, incluant bien sûr la photographie gagnante en tête de chronique (et crédits photos associés). Bref, vous serez mis en vedette!

Pour ce qui est des autres clichés soumis, ils se retrouveront dans ma banque de photos et pourraient, qui sait, être utilisés dans le cadre de futures chroniques (également accompagnés des crédits photos)!

Un appel aux votes sera effectué plus tard cet été.

À vos appareils photo et bonne chance!

Caro prend photo mouches

Toutes les positions sont permises pour effectuer un bon cliché d’invertébré!