Pour en apprendre plus sur les invertébrés!
Facebook

Joyeuses Pâques 2016!

En cette semaine pascale, je me permets une petite relâche. J’en profite pour vous souhaiter de Joyeuses Pâques! Si le coeur vous en dit, vous pouvez lire cette chronique pascale de l’an dernier… Simplement pour rire un peu!

Je vous offre également ci-dessous quelques photos qui évoquent Pâques, soit par les couleurs portées par les individus photographiés, soit parce qu’elles font penser au printemps!
À bientôt!

Coccinelle à sept points 3
Anisote érable adulte_2
Hymenoptère petite

Les papillons ne fêtent plus…

Chaque printemps, le Centre Jardin Hamel à Québec offre une activité fort sympathique pour les entomologistes amateurs du coin : Papillons en fête!

Je n’avais pas encore eu le temps d’y aller cette année à cause d’un agenda bien chargé.

Je fus surprise et déçue d’apprendre que le centre de jardinage avait été la proie des flammes au début de la présente semaine. De nombreux papillons mais aussi plus d’une centaine d’animaux d’Éducazoo (incluant rongeurs, reptiles et oiseaux pour n’en nommer que quelques-uns) ont péri dans cet incendie.

Je me permets donc, cette semaine, d’offrir un moment de silence à ma façon pour toutes ces petites bêtes en partageant quelques photographies prises lors de l’activité Papillons en fête de l’année 2015.

Je souhaite, du même souffle, transmettre des ondes positives aux gens affectés par cet incendie, dont plusieurs avaient à cœur de sensibiliser les jeunes et les moins jeunes aux petites bêtes ou encore aux bienfaits d’avoir de jolies plantes ornant l’intérieur aussi bien que l’extérieur de notre demeure.

Bon courage.

 

Pour en savoir plus

 Papillons en fête 1 Papillons en fête 2 Papillons en fête 3 Papillons en fête 4 Papillons en fête 5 Papillons en fête 6 Papillons en fête 7

Un coléoptère campagnard

Clyte des champs

Clyte des champs confortablement installé sur une feuille de hosta

Clyte des champs dos

Individu retrouvé mort dans ma piscine : les motifs sur les élytres sont fort jolis!

Les longicornes sont des coléoptères généralement de bonne taille garnis de couleurs variées. Ce n’est pas pour rien qu’ils plaisent à tant d’entomologistes amateurs ou aguerris. Au courant de la dernière semaine, je me suis affairée à étaler et photographier un longicorne que j’avais retrouvé noyé dans ma piscine l’été dernier. Il s’agissait d’un clyte des champs (Clytus ruricola).

Le clyte des champs est un insecte de taille moyenne (10 à 15 millimètres) dont la robe combine à merveille le jaune et le noir. On dit de lui qu’il est vespiforme, soit qu’il fait penser à une guêpe. La vue de côté et de dessous de ce coléoptère peut effectivement donner l’impression que l’on est devant un hyménoptère : ses flancs et son abdomen sont rayés de jaune et de noir. Il s’agit sans aucun doute d’un déguisement permettant à notre longicorne d’échapper à certains prédateurs qui, pensant faire affaire à une guêpe, veulent éviter de se faire piquer!

Selon Evans (2014), les adultes s’observent souvent au printemps et à l’été alors qu’ils sont au repos sur le feuillage de différentes plantes. C’est d’ailleurs de cette façon que j’ai pu observer et photographier mon premier spécimen vivant à l’été 2014 : ce dernier était confortablement installé sur une large feuille d’un de mes plants d’hostas.

De façon plus générale, les clytes des champs se retrouvent, comme leur nom le suggère, dans les champs, mais aussi dans les boisés et les forêts où croissent des feuillus. Les larves de ce longicorne grandissent dans les troncs d’arbre en décomposition et affectionnent particulièrement les essences dures comme l’érable. Il est donc fréquent de rencontrer des clytes des champs dans les érablières. Compte tenu de la présence de nombreux érables dans le boisé bordant ma cour, il n’est pas surprenant que j’aie observé quelques individus à proximité de la maison (dont celui retrouvé dans ma piscine).

Clyte des champs_Close up 2

Motifs sur les élytres du clyte

Clyte des champs_Close up 1

Vue rapprochée des motifs sur les élytres

Clyte des champs dessous 1

Vue latérale – on dirait presque une guêpe

Clyte des champs dessous 2

Vue ventrale

Ce joli coléoptère est bien réparti dans le nord-est de l’Amérique du Nord. Selon Evans (2014), son aire de répartition s’étale des provinces des maritimes jusqu’au Manitoba (au nord), ainsi que de la Caroline du Sud au Tennessee (au sud).

En effectuant des recherches, j’ai appris qu’une autre espèce de longicorne pouvait ressembler à notre insecte de la semaine : soit l’espèce Xylotrechus insignis dont certaines variantes s’approchent grandement du clyte des champs (voir cette photo tirée de Bug Guide). Il importe donc d’examiner attentivement les motifs sur les élytres afin de s’assurer que l’on fait bien face à un clyte des champs. Cela dit, les recherches que j’ai réalisées suggèrent que l’aire de distribution de X. insignis se situerait plutôt sur la côte ouest de l’Amérique du Nord (Arnett et Jacques 1981), un fait qui peut être fort aidant pour s’assurer de ne pas faire d’erreur sur la personne! Surtout si vos observations sont effectuées au Québec!

Quoi qu’il en soit, cela ne nous empêchera pas de continuer d’observer et d’apprécier les jolies couleurs de nos sympathiques longicornes! Pour terminer la présente chronique, je vous offre plusieurs  photographies prises à partir de mon stéréomicroscope ou encore par le biais d’une « boîte lumineuse » que je me suis confectionnée afin de prendre des photographies macroscopiques des spécimens que je m’amuse à étudier. Les photos ci-présentes constituent mes premiers essais à cet effet! Bon visionnement!

 

Pour en savoir plus