Pour en apprendre plus sur les invertébrés!
Facebook

Le peuple de l’asclépiade

lygaeus-kalmii-1

Petite punaise de l’asclépiade dont j’ai parlé récemment

L. Leclerc_2

Monarque – Photo soumise lors du concours amical de photographie DocBébitte par Ludovic Leclerc en 2014

Arctiide asclépiade

Arctiide de l’asclépiade

Dans une de mes dernières chroniques, j’écrivais au sujet d’un sympathique hémiptère : la petite punaise de l’asclépiade. J’expliquais notamment que plusieurs insectes se nourrissant d’asclépiades arboraient le noir et l’orange (ou rouge). Pourquoi donc? Simplement pour prévenir les prédateurs qu’ils ont un goût désagréable. En effet, l’asclépiade produit un latex blanchâtre qui contient des substances toxiques pour la majorité des animaux. Il confère toutefois aux espèces qui sont capables de s’en nourrir un mauvais goût.

Cette petite incursion me donna envie de vous parler davantage d’espèces d’insectes que l’on peut retrouver sur l’asclépiade. Celles-ci sont nombreuses!

Hormis notre petite punaise de l’asclépiade (Lygaeus kalmii) dont j’ai déjà discuté et sa consœur, la grande punaise de l’asclépiade (Oncopeltus fasciatus), on retrouve notamment deux lépidoptères et deux coléoptères étroitement associés à cette plante.

L’espèce la plus connue est sans contredit le monarque. Bien que l’adulte se nourrisse du nectar d’une vaste palette de plantes, la chenille a un menu plus limité basé majoritairement sur les asclépiades (diverses espèces). Les femelles pondent leurs œufs sur les plants en question, où évoluent les larves qui deviendront de jolies chenilles rayées de noir, jaune et blanc (voir cette photographie tirée de Bug Guide).

La chenille de l’arctiide de l’asclépiade se développe elle aussi – comme son nom le suggère – sur les plants d’asclépiades. Elle ne daigne pas, non plus, les feuilles d’apocyne. Ces jolies chenilles poilues sont capables de dévorer les feuilles de talles d’asclépiades, en particulier lors de leurs premiers (1 à 3) stades de vie, où elles sont grégaires. Il s’agit d’une espèce que j’observe régulièrement quand je m’amuse à regarder sous les feuilles d’asclépiades au mois d’août. Elle est visiblement commune, du moins dans la grande région de Québec où j’habite. Cela dit, Wikipédia suggère que les personnes plus sensibles pourraient réagir aux poils de ces petites chenilles. Pour ma part, j’en ai manipulé à plusieurs reprises sans aucune réaction.

Deux coléoptères fort colorés sont aussi fréquemment observés sur les plants d’asclépiades. La chrysomèle de l’asclépiade (Labidomera clivicollis) est un coléoptère très commun que je vois systématiquement chaque été lorsque j’arpente les champs et les rivages bordés de « mauvaises herbes ». Ce sont à la fois les adultes et les larves de cette chrysomèle qui se nourrissent des feuilles des différentes espèces d’asclépiades. Les premières photographies que j’ai de cette espèce remontent à l’automne 2006, alors que j’observais des larves et des adultes en bon nombre sur une colonie d’asclépiades au marais Léon-Provancher. J’étais intriguée par ces assez gros (8-11 mm) coléoptères qui sont plutôt tape-à-l’œil avec leur coloration orange et noir irisé (reflets parfois verts, parfois bleus) et leur forme toute ronde. Ils sont en effet fort jolis, ne trouvez-vous pas?

chrysomele-asclepiade-2006

Ma toute première observation documentée de chrysomèles de l’asclépiade (2006)

chrysomele-asclepiade-2006_2

Même moment en 2006 : on voit ici une larve de la chrysomèle de l’asclépiade

Le second coléoptère – le longicorne de l’asclépiade (Tetraopes tetrophthalmus) – est également fort mignon. Bien que Bug Guide indique que cette espèce est très commune là où l’on retrouve des asclépiades, je n’en ai pour ma part j’avais vu de mes propres yeux. Mon père m’a toutefois transmis une photo d’un individu qu’il a pu observer l’été dernier – le chanceux! L’individu se baladait tout simplement dans la cour de mes parents – qui est ornementée de bien des fleurs, mais pas d’asclépiades. Les larves de ce longicorne se nourrissent des racines d’asclépiades et d’apocynes. L’adulte, quant à lui, se délecte des feuilles. Tout comme j’ai pu le lire pour la chrysomèle de l’asclépiade et la chenille du monarque, le longicorne de l’asclépiade coupe d’abord les veines principales des feuilles avant de commencer à les dévorer, de sorte qu’il ne se retrouve pas submergé par le latex produit par les plants endommagés.

Une myriade d’autres espèces sont également attirées par les fleurs des asclépiades, qui produisent un nectar alléchant (lequel n’est pas toxique, contrairement aux feuilles). Ainsi, papillons, abeilles, guêpes, mouches et coléoptères de toutes sortes peuvent être observés butinant sur ces plantes.

Finalement, qui dit insectes (et proies) en grand nombre dit aussi prédateurs abondants! Il n’est pas rare de trouver divers invertébrés prédateurs à l’affut sur les plants d’asclépiades. À titre d’exemple, punaises assassines, coléoptères prédateurs et araignées s’y installent avec l’espoir de dégoter un repas facile. L’été dernier, j’eus ainsi l’occasion de photographier un joli thomise variable (araignée-crabe de l’espèce Misumena vatia) qui attendait patiemment le passage d’une proie. En me documentant aux fins du présent billet, j’entrevis également quelques photographies de différentes espèces d’hémiptères prédateurs dévorant des chenilles de monarque (comme celle-ci).

En outre, les talles d’asclépiades constituent tout un trésor pour l’entomologiste à l’affut d’invertébrés de toutes sortes. Malheureusement, cette plante est malaimée et elle est considérée comme une « mauvaise herbe ». On tend à la bannir de nos plates-bandes, alors qu’elle nous permettrait d’observer une vaste variété d’insectes et même d’oiseaux – car, à ce qu’il semble, les asclépiades attirent aussi les colibris! L’éradication de l’asclépiade en milieu urbain (par exemple, le long des routes ou simplement pour faire place à un stationnement!) et agricole (à cause de l’usage des pesticides, notamment) serait même identifiée comme une cause des fluctuations récentes des populations de papillons monarques. Dans son livre publié en 2004, Schappert mentionnait déjà que les pronostics à l’égard de l’état de santé des populations du monarque nord-américain pour les 20 prochaines années ne sont pas très encourageants. La fragmentation de l’habitat et l’isolement des plants d’asclépiades étaient entre autres pointés du doigt.

CAnderson_1Fin

Longicorne de l’asclépiade que mon père a eu la chance de photographier

thomise-variable_asclepiade

Voyez-vous ce thomise variable à l’affut d’une proie?

Pour ma part, je continue de m’amuser chaque été à sillonner les champs de mauvaises herbes et d’asclépiades à la recherche de nouvelles observations. Aussi, je laisse maintenant pousser ça et là les quelques plants d’asclépiades qui se sont semés naturellement dans mes plates-bandes… dans l’espoir éventuel d’y photographier de sympathiques membres du grand peuple de l’asclépiade!

 

Pour en savoir plus

Je veux pour Noël un livre sur les invertébrés! Partie 3.

livre-noel-p3

Trois livres à découvrir pour Noël!

En 2013, j’écrivais deux chroniques dans le cadre desquelles je me prenais pour une critique littéraire. J’avais fait le portrait de neuf livres portant sur les insectes et autres invertébrés, question de vous aider à faire le choix entre différents ouvrages d’intérêt. Pour en savoir plus, suivre ces liens :

Je récidive, trois années plus tard, avec quelques nouveaux documents en main. Bien sûr, j’ai également quelques bouquins que je n’ai pas encore eu le temps de lire – Madame est occupée – et qui pourront faire l’objet de suggestions futures. Entretemps, je vous entretiens au sujet de trois ouvrages que j’apprécie vivement. À noter que vous pouvez aussi lire cette chronique au sujet d’une nouvelle clé québécoise d’identification des naïades et exuvies de libellules – un autre volume qui s’achète bien pour Noël!

stewart-2011

Anecdotes croustillantes vous attendent dans le livre de Stewart (2011)

Le premier ouvrage s’intitule « Wicked Bugs » (Traduction maison : Bibittes malignes!) par Amy Stewart (2011). Il s’agit d’un recueil relatant de nombreuses histoires et anecdotes au sujet d’invertébrés étonnants, dérangeants, voire, selon l’auteure, « diaboliques »! Ainsi, vous apprendrez comment des coquerelles ont contaminé par l’hépatite les habitants d’un développement immobilier entier dans les années 1940 ou encore comment des bombes bourrées de puces transmettant la peste ont été conçues par les Japonais lors de la seconde Guerre mondiale et testées sur des communautés locales! Il y est aussi question des phobies : une quinzaine de phobies liées aux insectes y sont nommées dont la « Cnidophobie », la peur des piqûres d’insectes, ou encore la « Helminthophobie », qui est la peur maladive d’être infesté par des vers parasites! Qui aurait cru que cette phobie était courante au point de lui attribuer un nom?

Outre les invertébrés qui nous font frissonner, le livre en question porte aussi un regard sur d’autres individus qui génèrent des dommages à nos propriétés matérielles. Un portrait des invertébrés qui se nourrissent de nos précieux livres y est effectué, de même que celui d’une sorte de coléoptère qui gruge le bois dans les murs des demeures et qui laisse connaître sa présence par des « clics » nocturnes continus… de quoi à rendre fou tout insomniaque.

Ce livre n’est pas fait pour les lecteurs qui éprouvent déjà une certaine crainte des invertébrés. Si, toutefois, vous êtes capables de prendre le tout avec un grain de sel, vous vous amuserez sans aucun doute à savourer les anecdotes tantôt morbides, tantôt cocasses offertes par l’auteure.

handfield-2011

3. Planches (haut) et descriptions (bas) du guide de Handfield (2011)

Le second livre que je vous suggère est rédigé par un auteur québécois : « Les papillons du Québec » par Louis Handfield (2011). Cet ouvrage constitue une vraie mine d’or d’information tant au sujet des papillons diurnes que nocturnes retrouvés au Québec. Vous cherchez à identifier un papillon que vous avez collecté ou pris en photo? Les planches disposées à la fin du livre présentent 1521 espèces retrouvées au Québec. Presque tout ce qui reste du bouquin est réservé à la description des espèces : nom latin et français (s’il y a lieu), observations par mois et par région du Québec, habitats fréquentés, espèces semblables et notes pertinentes.

L’auteur se permet même plusieurs anecdotes. À titre d’exemple, c’est grâce à ce document que j’appris que la chenille de la livrée des forêts, lors d’une épidémie en Abitibi, était devenue abondante à un point tel qu’elle avait causé des accidents de la route! En effet, les chenilles se retrouvaient écrasées par millier sur les routes, rendant ces dernières glissantes pour les véhicules s’y aventurant!

La première partie du guide fournit maints renseignements pertinents sur la capture et la conservation des papillons, allant des méthodes à utiliser pour les attraper jusqu’au matériel nécessaire pour les épingler et les préserver. En outre, que vous vous intéressiez aux papillons diurnes ou nocturnes du Québec, ce livre s’avère un incontournable!

evans-2014

Jolies images côtoient des descriptions utiles dans Evans (2014)

Le dernier ouvrage dont je veux vous entretenir s’intitule « Beetles of Eastern North America » publié en 2014 par Arthur V. Evans (un auteur dont j’avais déjà parlé ici). Vous aimez les jolis coléoptères et souhaitez en apprendre davantage à leur sujet? Le livre de Evans compte 1406 espèces de ces insectes retrouvés dans l’est de l’Amérique du Nord. Il comporte des photographies couleur à couper le souffle, lesquelles sont accompagnées de descriptions sur les comportements, caractéristiques morphologiques et habitats des espèces croquées sur le vif.

Comme la plupart des guides de ce genre, la première partie se consacre à expliquer la morphologie des coléoptères, ainsi que leur mode de vie (incluant la métamorphose, les comportements alimentaires et les soins parentaux). Elle présente également une clé d’identification des familles vulgarisée facilitant la navigation : on parvient souvent à mieux cerner à quelle famille on fait affaire (plus facile lorsqu’on parle de spécimens conservés, mais cela est aussi possible pour les photographies lorsque de nombreux angles sont couverts).

Il en demeure que ce qui ressort le plus de cet ouvrage, ce sont les très belles photos qu’il contient. L’amateur en sera enchanté et devrait également apprécier la quantité relativement importante (par rapport à d’autres écrits similaires) d’espèces qu’il contient!

Voilà qui termine ma troisième critique littéraire! En espérant que cette dernière vous sera utile pour choisir des cadeaux de Noël à des entomologistes amateurs que vous aimez… Ou encore pour proposer de petits présents pour vous-mêmes!

 

Pour en savoir plus

  • Evans, A.V. 2014. Beetles of Eastern North America. 560 p.
  • Handfield, L. 2011. Guide d’identification – Les papillons du Québec. 672 p.
  • Stewart, A. 2011. Wicked Bugs. 272 p.

Petite, cette punaise de l’asclépiade!

lygaeus-kalmii-1

Quelle surprise! Une petite punaise de l’asclépiade… sur une feuille d’asclépiade!

Vous êtes plusieurs lecteurs à m’avoir répondu au sujet de la dernière devinette : eh oui, il s’agissait bien de la petite punaise de l’asclépiade (Lygaeus kalmii), un insecte que nombreux d’entre vous ont observé cet été.

En effet, cette sympathique punaise orange et noire n’est pas demeurée inaperçue cette année! Vous êtes notamment deux lecteurs à m’avoir transmis des photographies de cet insecte dans le cadre du concours annuel de photographie d’insectes DocBébitte (cette chronique). Par ailleurs, mes parents en ont trouvé trois noyées dans leur piscine, que j’ai pu récupérer pour ma collection. J’en ai observé moi-même à deux reprises… à mon grand bonheur, puisque je n’avais pas encore de photographies de cette espèce dans ma banque personnelle. C’est dire que je n’en avais pas observé les années dernières. En outre, il semble que cet été en était un où la petite punaise de l’asclépiade abondait.

Cet hémiptère appartient à la famille Lygaeidae, qui comprend également une espèce nommée la grande punaise de l’asclépiade (Oncopeltus fasciatus). Cette dernière, comme son nom le suggère, est de taille un peu plus grande (13-18 mm) que la petite punaise de l’asclépiade (10-12 mm). Bien que colorées de noir et d’orange, les deux espèces se distinguent aisément : les ailes antérieures de la petite punaise de l’asclépiade sont marquées d’un X orange bien visible. Ce n’est pas le cas de la grande punaise de l’asclépiade (voir cette photographie tirée de Bug Guide). Par ailleurs, la petite punaise de l’asclépiade peut s’observer plus au nord que sa consœur, cette dernière n’étant pas en mesure de survivre aux rigueurs de l’hiver. Cela explique peut-être pourquoi aucun individu d’O. fasciatus n’avait été répertorié au Québec par Bug Guide au moment de la rédaction du présent billet, bien que Dubuc (2007) indique bel et bien sa présence dans son guide « Les insectes du Québec ».

lygaeus-kalmii-2

La petite punaise de l’asclépiade se retrouve sur d’autres herbacées

CBenoitAnderson3_Fin

Photo soumise lors du concours de photo 2016

SBenoit_2Fin

Autre photo soumise lors du concours de photo 2016

Les deux espèces de punaises marient l’orange (voire le rouge) et le noir, tout comme d’autres espèces se nourrissant de l’asclépiade : le monarque, la chrysomèle de l’asclépiade et le longicorne de l’asclépiade. Cela n’est pas un hasard! En effet, l’asclépiade confère aux espèces qui s’en nourrissent un goût désagréable. Par conséquent, les insectes adoptent un « code de couleurs » qui permet d’indiquer à tout prédateur en un coup d’œil que ce n’est pas une bonne idée de les croquer! Il s’agit d’une stratégie évolutive faisant en sorte que nos jolies punaises diminuent considérablement les risques de figurer au menu. Néanmoins, Marshall (2009) indique que certains individus ne se nourrissent pas d’asclépiade – ils préfèrent d’autres herbacées – et que ce ne sont ainsi pas toutes les petites punaises qui ont mauvais goût. Les prédateurs, eux, ne le savent cependant pas!

D’ailleurs, on peut lire que les adultes aiment bien déguster le nectar des fleurs appartenant à différentes variétés de plantes herbacées. Il semblerait même qu’ils apprécient, par moment, siroter les fluides d’autres insectes morts ou vifs. Ils peuvent donc être charognards ou même prédateurs à leurs heures!

En préparant la présente chronique, je suis tombée sur des photographies de nymphes de la petite punaise de l’asclépiade sur Bug Guide. À ce qu’il semble, ces dernières seraient assez facilement reconnaissables (quoiqu’il faille faire attention à la nymphe de la grande punaise de l’asclépiade qui présente plusieurs traits similaires). C’est en voyant cette photo en particulier que je réalisai que j’en avais déjà vu de similaires à la plage Jacques-Cartier, à Québec. Étant donné que j’ai beaucoup de retard dans l’identification et le classement de mes photos, je passai plus d’une heure à tenter de retrouver les photographies en question… pour réaliser qu’il était incertain qu’il s’agisse de L. kalmii. En effet, Bug Guide précise que le pronotum (face dorsale du premier segment situé immédiatement après la tête) est majoritairement rouge et ponctué de deux marques noires diagonales. Mon spécimen n’en possède pas, suggérant que ce ne serait pas L. kalmii. Toutefois, je n’étais pas en mesure lors de l’écriture du présent article de confirmer hors de tout doute quelle espèce, au juste, j’avais photographiée. Si vous en avez une idée, prière de me le signaler!

lygaeidae-sp

Nymphe d’hémiptère qui porte le rouge et le noir, mais il ne s’agirait pas de L. kalmii si je me fie aux critères de Bug Guide

Pour terminer, certains se demanderont si cette jolie punaise colorée est un insecte bénéfique ou néfaste. Une des sources consultées la décrit comme un « phytophage des mauvaises herbes ». C’est donc dire que cette punaise peut s’avérer une alliée… à condition que vous ne cherchiez pas à cultiver des plantes herbacées habituellement identifiées comme étant des mauvaises herbes!

 

Pour en savoir plus

Dans l’œil de mon microscope : Couleurs d’Halloween!

C’est l’Halloween! Notre insecte-mystère en a profité pour revêtir les traditionnelles couleurs orange et noir. Sa robe aux teintes halloweenesques arbore également un gros cœur noir en son centre! L’aviez-vous remarqué?

De qui s’agit-il?

Vous pouvez répondre à cette devinette en vous joignant à la Page Facebook DocBébitte ou encore en inscrivant votre réponse dans la section « Commentaires » de la présente chronique. L’invertébré-mystère vous sera dévoilé lors de la prochaine publication DocBébitte!

devinette-2016-10-31

Vêtu d’orange et de noir, notre insecte est prêt à faire le porte-à-porte pour obtenir des bonbons!

Un bijou de libellule pour la 200e chronique DocBébitte!

demoiselle-bistree_signature

Femelle demoiselle bistrée photographiée sur le bord de mon étang à poissons

demoiselle-bistree_2

Autre plan de la même femelle

Les jeux sont faits! Lors d’une précédente chronique, je vous offrais de choisir l’invertébré qui allait faire l’objet de la 200e publication DocBébitte. Vous avez opté pour une jolie libellule nommée « demoiselle bistrée » ou « caloptéryx bistré ».

Les libellules ont la cote et la demoiselle bistrée (Calopteryx maculata) n’y échappe pas! Elle sait se faire remarquer avec sa robe vert métallique et ses ailes noires luisantes. La femelle se distingue du mâle par ses ailes légèrement plus pâles ponctuées d’une tache blanche bien visible. Les mâles sont faciles à reconnaître, car il s’agit de la seule espèce québécoise de caloptéryx dont le mâle possède des ailes entièrement noires. La femelle, par contre, peut être confondue avec la femelle du caloptéryx à taches apicales (Calopteryx aequabilis), une autre espèce que l’on retrouve au Québec. Toutefois, selon Paulson (2011), les ailes des individus femelles de cette deuxième espèce sont typiquement plus pâles, un peu moins larges et un peu plus longues.

Néanmoins, en furetant sur Internet (notamment Bug Guide), je dois avouer être tombée sur des photographies d’individus identifiés comme étant C. maculata qui ressemblaient davantage à C. aequabilis, selon les critères de Paulson… et vis-versa! Il semble donc y avoir des formes aux ailes plus ou moins foncées chez chaque espèce qui puissent confondre l’œil amateur. Après quelques échanges instructifs sur Photos d’insectes du Québec (merci à Roxanne S. Bernard et Gilles Arbour), il est probable que l’individu photographié soit bien une demoiselle bistrée. Une bonne façon de m’en assurer aurait été d’examiner la coloration des pièces buccales – ce que je ne vois malheureusement pas clairement sur mes photographies. Je saurai quels angles photographier la prochaine fois – en espérant que cela vous soit également aidant!

Cela dit, la demoiselle bistrée appartient à la famille Calopterygidae qui ne comprend que deux genres et 4 espèces au Québec selon les sources consultées. Les individus appartenant à ce groupe sont de relativement grande taille, ce qui contribue sans doute au fait qu’ils sont facilement remarqués!

demoiselle-bistree_cba

Mâle photographié dans la cour chez mes parents

Demoiselle_SB

Photo d’un mâle soumise lors du concours de photographie 2013

Étant donné que la naïade (stade juvénile) de cette libellule est aquatique, il n’est pas surprenant de retrouver les adultes à proximité des étangs et des cours d’eau. C’est justement aux abords de mon petit étang à poissons que j’ai eu le loisir d’observer, voire photographier, quelques individus au courant des dernières années. La demoiselle bistrée semble particulièrement attirée par les cours d’eau à courant lent et où la végétation aquatique est abondante. Il s’agit d’ailleurs d’un habitat propice à la ponte. En effet, la femelle, une fois fécondée, s’affairera à pondre ses œufs dans la végétation aquatique, sur les troncs submergés ou encore directement à la surface de l’eau. Paulson (2011) précise que certaines femelles peuvent se plonger entièrement sous l’eau afin de déposer leurs précieux œufs sur un substrat adéquat.

Les mâles, de leur côté, ne quittent pas leur territoire – ni leurs femelles – des yeux. À ce qu’il semble, un même mâle peut surveiller plusieurs femelles avec lesquelles il copulera. Il arrive par conséquent souvent de voir des congrégations de plusieurs de ces libellules affairées à la reproduction et à la ponte – habituellement un mâle et ses femelles.

Les rejetons, eux, évoluent entièrement sous l’eau. Les naïades préfèrent les eaux courantes où le débit n’est pas trop élevé. On les retrouve plus particulièrement accrochées aux débris végétaux et aux racines des arbres et arbustes bordant les cours d’eau, ou encore dans les herbiers de plantes aquatiques. Une bonne façon d’en collecter est donc de racler les bordures érodées des cours d’eau où les racines et les débris abondent. Toutefois, il faudra bien ouvrir l’œil, car les jeunes caloptéryx se confondent bien aux débris végétaux : filiformes et bruns, ils ressemblent à de petites brindilles.

Si vous réussissez à les capturer, il vous sera ensuite facile de les identifier. Ces odonates possèdent en effet des antennes distinctes des autres familles de zygoptères : le premier segment est très long et plutôt épais. On s’en aperçoit même à l’œil nu!

calopteryx-naiade

Naïade de Calopteryx sp. Notez le premier segment des antennes.

Comme les adultes, les naïades de la demoiselle bistrée sont des prédateurs hors pair. Elles se nourrissent d’une vaste palette d’insectes, qui peuvent inclure des larves de maringouins ou de mouches noires. C’est qu’elles sont utiles, ces naïades!

Voshell (2002) indique que les naïades de Calopterygidae sont plutôt tolérantes face à la pollution de leur milieu. Je me suis amusée à regarder où j’en avais capturé lors de mes études et il s’agissait de sites en rivière moyennement à assez fortement perturbés par des activités d’origine humaine (surtout de l’agriculture), mais où il y avait tout de même un courant continu (petites chutes à proximité). Aussi, j’avais observé à quelques reprises des congrégations de ces libellules le long de la rivière du Cap-Rouge à Québec, une autre rivière qui peut s’avérer moyennement à hautement perturbée (zones urbaines et agricoles) selon les secteurs.

En outre, notre jolie libellule qui brille comme un bijou ne semble pas trop difficile en matière d’habitat. Cela est sans doute une bonne nouvelle, puisqu’on peut ainsi profiter de sa présence le long de nos rivières urbaines et même la voir voleter dans nos cours. À noter effectivement que toutes les photographies de libellules adultes qui agrémentent la présente chronique ont été prises dans les cours des photographes! Pas besoin d’aller bien loin pour rencontrer ce bijou d’insecte!

 

Pour en savoir plus